La Maison :: Fermer les portes :: Vestiges :: Les Journaux Brûlés
enfile des semelles de vent // tomate
avatar


Invité
Invité
Sam 7 Oct - 22:09

hérésie

adolescent aux grands airs, lunettes de soleil au nez. sourire immense et arrogant, parfaitement impertinent. son visage devient aussi rouge qu'il ressent, ses traits s’émeuvent se tirent et se disloquent- boule nerveuse qui crie et qui rit. kéké sans contrefaçon, tableau de chasse sans honte aucune.  

tromperies

chasseurs de phasmes ; des bizuts ; des filles à draguer, ou même des femmes ; des bagarres ; de la moquerie ; des gens pour lui mettre des claques ; des anciens potos cygnes ; ou des anciens qui savent très bien qu'il a déjà été lumineux comme un soleil ; ce que vous voulez, tomate n'est jamais neutre sur quelqu'un.

à ajouter

tâche ; ephy ; couteau ; princesse ; lardon ;
charogne
BY MITZI
avatar


Invité
Invité
Sam 7 Oct - 22:09

il refuse d'admettre tomate à quel point la lame est un pilier important de sa danse au sein de la maison
non, pour lui c'est qu'un petit con parmi tant d'autres
((et si seulement))
il est la cause de ses éclats, de son exclusion du groupe des plumés
et c'est qu'il en est fier, couteau
tomate aura beau hurler aura beau frapper qu'il aura toujours ce putain de sourire insupportable, cette même fierté luisante- un peu de tendresse et beaucoup d'amour dans le regard
le détester est devenu un jeu, une façon de faire passer le temps
le pire est presque qu'il cherche son regard à couteau, ses réponses et ses réflexions
il veut l'entendre
il veut que son regard reste figé uniquement sur sa personne- jalouse son entourage et ses proches
sans prendre en compte les sentiments (amoureux) du cerf
il se voile la face mais refuse de le perdre,
le rejette et le retient de son autre main.
ce qu'il ne sait pas, c'est que couteau tient déjà son cœur dans le creux de ses paumes.
couteau
tâche est terriblement con terriblement lumineux- tâche lui donne réellement envie de gerber
tâche est tout ce qu'il a jeté au feu en même temps que les vêtements mornes des cygnes- les rires au goût du soleil et l'ouverture irraisonnée
reflet archaïque, venu d'un autre temps
tâche est ce qu'il serait devenu si
la maison ne l'avait pas bouffé.
et il refuse de voir sa faiblesse ça fait tellement tellement écho à la sienne- il ferme les yeux et préfère s'amuser la connerie du volatile que s'en offusquer
mais
la perfidie ne peut aller jusqu'au bout.
ça se tient à un soupçon un rien, il ne peut pas le jeter dans la cage aux fauves- il se maintient le rattrape d'un bras
et le serre contre lui avec force
car c'est comme un suicide, de vouloir le tuer
l'éradiquer
il ne l'avouera jamais mais ça ne franchira jamais ses lèvres à quel point il a besoin de tâche pour l'agiter pour le hurler de changer
c'est tout comme s'il le faisait à son reflet.
tâche
lardon c'est une pauvre chose lamentable,
qui chiale et renifle ; lardon c'est un de ces fragiles qui ne mangent pas de viande au nom d'on ne sait quel concept
lardon ne deviendra jamais un homme- une tapette à la limite
((dieu sait à quel point tomate déteste les tapettes))
et c'est drôle de voir son visage ses traits s'étirer quand il lui agite de la chair au réfectoire, soufflant d'un ton conciliant
que c'est juste pour rigoler, même si le végétarien ne semble pas enclin à lâcher quelques éclats d'amusement
ça le distrait cette maigre résistance, qu'il lui picore pas dans la main.
brave chose qu'il dira en lui tapotant le crâne du plat de ses doigts.
lardon
le pire, il faut croire que même sa majesté des phasmes ne peut pas rivaliser avec lui
il aura beau cacher son regard rempli de brides d'émotions de milliers de ressentiments derrière des verres teintés
que l'indifférence et le cynisme gagnera sur la fausse tranquillité de la tomate.
il ne comprend pas ce qu'il fait là éphélide, avec ses béquilles et ses grands airs
il ne comprend pas et ça le fout en rogne, ça le pousse à bomber ridiculement le torse pour montrer qu'ici il n'y'a qu'un prince et que c'est sûrement pas l'ancien loir
éphélide éphélide- mot qu'il ne comprend même pas car bien trop complexe pour sa pauvre culture, et le voilà bien trop fier pour poser la question
éphélide trop complexe trop nuancé trop rien mais tout à la fois pour que tomate puisse le caser
alors il continuera à le provoquer, se prendre ses réparties en plein dans la gueule (bien plus développées que les siennes il faut croire) pour comprendre
et atténuer cette peur de se faire dévorer par l'autre adolescent.
éphélide
princesse princesse, à jamais sur son trône
princesse n'est qu'une fille de plus, une autre à mettre sur son tableau de chasse
après tout, sa majesté conquérant le cœur aigri d'une royale n'est-ce pas parfaitement logique ?
taquineries, moqueries
sèche tes vilaines larmes, d'un souffle agacé
comment peut-il se douter qu'elle est déjà amoureuse
alors que son visage reste figé par le dédain constamment
princesse
tomate au lieu de faire ses devoirs il prépare des jolies phrases (un peu lourdes) qu'il agrémente de clins d'oeil
tomate il apprend pas ses leçons ni ses cartes mais des réparties sur le cul de charogne ou son regard teinté de charbon
il ricane, prend ses aises et n'écoute rien
pur cancre qui s'amuse plutôt que de vraiment écouter, rend copie blanche ou avec des dessins qui ne racontent rien
mais au fond
il sait que charogne le kiffe car elle ne peut pas ne pas tomber sous son charme
charogne
OLIVER QUEEN

avatar


Invité
Invité
Sam 7 Oct - 22:10
liens

c'est à vous !!!


Contenu sponsorisé

enfile des semelles de vent // tomate
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tarte courgette/tomate...
» Le vent contre la terre (PV Lexy/Kosovo)
» Je hais le vent, je hais le vent, je hais le vent d'hiver... ♫
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Le vent siffle à nos oreilles...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Maison :: Fermer les portes :: Vestiges :: Les Journaux Brûlés-
Sauter vers: