Partagez|
Adultes dans un monde d'enfant | Moustache [CLOS]
avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Mar 8 Aoû - 22:04
Des couleurs flamboyantes envahissaient le cadre des fenêtres et rebondissaient sur les murs, bouquet final de jour. La pièce aux carreaux fermées par une ordonnance superstitieuse respirait un calme serein de temple oriental. Mercredi, jour le plus tranquille des jours, vibrait encore de ses échos d’odes et de poésies. Ours donnait son au revoir sans regrets, habité par ce frisson d’appréhension allègre accompagnant la venue du jeudi. Son monde était bulle de trêve dans le chaos bataille de la Maison. Pourtant, pleinement, le quadragénaire appartenait a la Maison. C’était son moment intime, après les cours, lorsque la marmaille avait fui, happée, avalée par la porte. Il rangeait le Placard, Saint des Saints de la salle. Son placard réserve de tout, dont le contenu se serait monnayé bien cher chez les enfants.

Et pourtant on y volait pas si souvent. C’était tacite. Ours donnait, généreux et cela devait suffire. Si ça ne suffisait pas, il était aisé pour lui de trouver les voleurs, intégré qu’il était dans le paysage enfantin. On disait qu’y voler attirait sur soi des malédictions ancestrales, la fureur de la Rouge peut être, tout un tas d’horreur. Ours avait lui même sans doute lancé certaines rumeurs pour laisser une peur religieuse et instinctive. Pourtant, pas de cadenas. Les choses cadenassées attirent l’attention et peuvent être crochetée, c’est bon seulement pour les nouveaux ou pour les cygnes.

En tout cas, la petite boite de pansement, laissée par inadvertance sur un coin de son bureau, avait été entièrement vidée de son contenu. Lui qui désirait autant réparer les dégâts causés a l’âme que ceux causés au corps n’allait pas bien loin avec ses quelques bribes de matériel de premier secours. Et c’était mieux si ceux ci n’étaient pas dérobés dans son dos. De toute façon, il tenait son coupable. Guillotine, ce rat bardé de tocs, étalant régulièrement sur la surface de son cou le produit de ses rapines. Il l’avait déja pris en tête a tête, et la jeune teigne se montrait à l’écoute, mais certaines choses restaient plus fortes que lui. Ours, bien que compréhensif, avait ses limites, méditant a comment faire part de son mécontentement. Faire gagner raison a ce sujet a Guillotine était peine perdue, depuis le temps. Simplement d’autres élèves avaient besoin de ces quelques soins qui ne seraient de toute facon pas -ou pas bien- prodigués par le Sepulcre.

Sépulcre ou il était inévitable de se rendre, sous le regard qui ne manquerait pas d’être désapprobateur des Araignées. Qu’importe, il était bien la chez lui. Il termina de disposer sa salle de la façon lui semblant convenir pour le lendemain et la quitta, avec toujours ce petit pincement au coeur. Les couloirs voraces l’accueillaient de leur rythme de vie tapageur. On le reconnaissait, le saluait ou pas, esquissait un geste a son égard, mais ses arcades sourcilières, bien a son insu, avaient pris cette disposition préoccupée.

Chacun de ses pas l’approchait de la demeure des Araignées. Territoire ou l’Ours n’y était que toléré, chacune de ses excusions en ces terres étaient mues par un besoin nécéssaire. Il discutait avec le personnel médical, surtout les femmes a vrai dire, mais le lieu avait cette aura macabre, beaucoup trop propre. Il inspectait donc a la recherche d’une éventuelle réserve, reconnaissant quelques élèves dans divers états physiques et émotionnels. Ce n’était pas son domaine, il n’y avait aucun pouvoir. Il ne pouvais pas faire grand chose ici et tout le monde le savait bien. Bref, tourner en rond ne lui apportait rien et manifestement quelqu’un avait du déplacer les affaires, sans doute une opération courante pour prévenir les vols.

Il fallait donc parler a l’un des médecins et au point ou il en était ce serait sans doute le premier qui passe. Ce fut Moustache. En cet instant, le professeur ne pouvait s empêcher d avoir une pensée pour Guillotine qui l’avait indirectement poussé ici…

- Je crois que j’aurais besoin d’un petit service


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Mer 9 Aoû - 19:08

Moustache avait fait une nuit blanche cette nuit l0. Pour être exact il avait passé la nuit dans l'Envers. Avoir de grosses tendances insomniaques n’était pas vraiment un problème pour lui. Bien sûr le cumul de manque de sommeil le rendait encore plus aigri par moments.

La journée avait été longue. Pas un gamin n'était venu pour l'aider à faire passer le temps. Il avait bien des dossiers de certains gosses qui devaient passer un examen médical, ou un suivi sur l'avancement de certaines maladies. Moustache avait bien commencé à en lire un avec un bon verre de Rye whisky mais le gamin était un Cygne, ce qui n'aidait pas à le motiver.

Il avait décidé, en jetant le dossier sur la pile composée d'une dizaine de dossiers, qu'il lirait cela sûrement une heure avant l'arriver du gamin sans se prendre la tête. Moustache s’était levé, avait mis un disque de musique classique sur son vieux tourne disque et se posa dans son siège les pieds sur le bureau et une cigarette à la bouche.

— Qu'est ce que c'est que cette merde ?

Moustache n'avait pas vu la note sur laquelle il avait posé les pieds. Une note qui disait qu'ils avaient changé l'emplacement de la réserve de matériel médical, suite à un inventaire où ils avaient remarqué que certains pensionnaires se servaient dedans sans autorisation. Suspectant des vols l'emplacement avait été modifié et seules les Araignées étaient au courant.  

Pour Moustache cela ne changeait rien. Il était toujours libre de négocier avec les gamins prétextant, officiellement, des soins divers et variés. N'ayant rien de mieux à foutre, ayant le droit à un calme plat digne d'un putain de paradis aussi ennuyeux que mortel, l'Araignée décida d'aller voir l'emplacement de la nouvelle réserve.

Traversant les couloirs, une cigarette à la bouche, une surprise attendait Moustache : le prof de littérature. Est ce que le nounours s’était blessé ? Bonne question. Mais apparemment il avait besoin d'aide. Est ce qu'il avait une putain de tête à aider le premier venu ?

— Tiens qui voilà, le petit et gentil ourson, tu t'es perdu ? Tu dois savoir que je suis pas du genre à aider les pauvres paumés du coins depuis le temps. Mais si t'as quelque chose pour moi, ou un gamin à m'envoyer, on peut négocier selon ce que t'as besoin Winnie.
.
L'Araignée ne perdait pas le Nord. Aider son prochain, et puis quoi encore. La vie est une chienne et le démontre tous les jours.


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Mer 9 Aoû - 23:16
Le face a face était souvent des plus tendus entre ces deux hommes. L’Ours haussa les sourcils a sa répartie, notant le flagrant manque de prise en considération. Il devait s’y attendre en même temps. Le médecin n’était pas connu ni pour sa sympathie, ni pour son respect, ni pour sa gentillesse. Sauf que le Sepulcre, c’était pas le genre d’endroit ou s’attarder. En finir rapidement avec ça était sa principale préoccupation. Il fallait donc composer. La tentation était de punir Guillotine en l’envoyant a l’Araignée mais c’était bien trop bas pour l’Ours. En plus il aimait bien cet élève tapageur au fond, tout deux ayant des discussions interessantes autour de la Maison et ses habitant. En outre, leur relation commençait a ressembler a de l’amitié et vendre un ami est un acte totalement impensable. Cette idée fut donc entièrement rejetée. Il répliqua d’un ton bourru.

Et toi tu sais bien que je ne vend pas les gamins. Je ne te demande pas d’être un bon Samaritain de toute façon. Dit moi ce que tu veux en objet, matériel, je m’arrange. Donnant donnant. Moi je veux juste l’accès a votre réserve.

Il le toisa, fier et certain d’être un meilleur humain. Connaître les pratiques de Moustache n’était pas compliqué et il avait tôt fait de savoir qui était vraiment l’ancien rat. Longueur d’avance, pensait il, l’intéressé n’en saurait surement pas autant a son propos. Les Samedi donnent l’occasion d’avoir connaissance de tout ce qui se passe entre les murs. La conviction était profondément ancré en Ours que peu d’adultes, même les anciens pensionnaires, étaient autant en contact que lui avec l’essence même du folklore de la Maison.

Si Moustache voyait de lui uniquement cette image d’ours naïf et débonnaire, grand bien lui fasse, il se fourvoyait. Mais peu importait ici. L’échange était plus important que l’ego, même si son visage trahissait que le manque de respect ne le laissait pas nécessairement insensible. Il pressentait cependant que ce cher confrère adulte ne manquerait pas de tenter de jouer avec ses nerfs, et si il n’avait pas d’emprise sur son propre visage, au moins en avait il sur son corps. Bref, il composerait sans doute ce masque fixe, se voulant impassible, trahissant qu’il avait besoin de se masquer. Sans doute, ou sans doute pas. Il renchérit donc a la suite :

- Tu aimes les trucs qui font mal pas vrai ? J’ai de l’alcool, j’ai sans doute des briquets et quelques trucs coupants, sinon ca peut se voir en argent directement, tu peux toujours aller acheter ce qui te conviens. Mais si tu traines trop a décider, j’irais voir quelqu’un de moins problématique, tu gagnera rien et au moins on ira droit au but.

Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour préserver son monde. Son territoire. Deux adultes, deux rois absurdes luttant idéologiquement alors qu’aucun n’est maître de son fief…


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Ven 11 Aoû - 14:41

Moustache afficha un sourire mesquin qu'il n'essaya même pas de dissimuler. Il avait réussi à légèrement percer la carapace de cet Ours au grand cœur. Enfin grand cœur, surtout avec ses petits préférés. Depuis l'arrivée de l'Ours Moustache avait pris soin de jeter un œil curieux au comportement de l'homme vis-à-vis des enfants, mais aussi des adultes.

Moustache aurait pu jeter un coup d’œil rapide au dossier médical de l'Ours, mais ça aurait été moins amusant. Il préférait découvrir par lui-même. Il en avait vu passer des éducateurs de ce genre aussi bien pendant sa période chez les Rats que maintenant chez les Araignées.

Moustache vit l'air fier de l'adulte. Pourquoi ? Pour ce qu'il avait dit sûrement il ne vendait pas les gosses, mais s'il savait combien de gosses seraient prêts à le vendre lui, il ferait sûrement moins le fier. Mais Moustache en avait que faire et haussa juste les épaules.

— Les gamins c'est bien. Je m'amuse bien avec. Mais ce n'est pas comme si les adultes ne m’intéressaient pas non plus. Ils sont tout aussi intéressants à briser surtout quand ils pensent avoir une carapace à toute épreuve.

Moustache ne répondit pas pour le moment laissant en suspens la question d'un échange. Moustache n'avait, après tout, rien à prouver. La preuve c’était bien l'Ours qui était prêt à demander un service et non l'inverse. Et rien que cette position pouvait faire jubiler intérieurement l'Araignée.

L'ourson reprit la parole. Moustache pouvait y percevoir une ombre de menace. Ce dernier secoua la tête négativement et soupira. Les choses qui font mal ? Alala c’était si réducteur. Moustache aimait ce qui détruit, ce qui fait souffrir. Et ce n’était pas qu'avec des accessoires. Réduire à néant une personne psychologiquement était on ne peut plus jouissif pour l'homme.

Mais laisser le professeur croire à cette vision limite de Moustache était une bonne idée. Ça ne pouvait qu’être que plus plaisant au moment où il découvrirait sûrement toutes les facette de l'homme.

— Laisse-moi rire. Voir un autre ? Va si ça t'arrange tant mon con hein. Mais tu le sais très bien que tout le monde n'est pas près à négocier les stocks pour mentir sur les fiches de soins utilisés. Ça t'arrange aussi bien que ça te dégoûte d’être face à moi. On va va pas faire dans l’hypocrisie toi et moi. On se supporte depuis quelques années maintenant. Mais on n'a rien pour s'entendre. On a bien pu s'observer mutuellement. Donc si tu voulais vraiment voir une autre personne tu aurais juste passé ton chemin.

Si on pouvait donner une qualité à Moustache c’était bien sa franchise comme il venait de le prouver. Moustache alluma une nouvelle cigarette et entra dans le vif du sujet.

— Je ne t'en propose pas une. Bon comme tu vois un briquet pas besoin. De l'argent, je le fais passer en note de frais. Les gamins tu ne veux pas m'en envoyer. Il te reste limite un bon alcool ça ne se perd pas au moins. Sinon je suis preneur d’informations sur les gamins. Ils se confient à toi le bon Winnie . Si t'as des infos sur des passifs, des faiblesses, des conneries faites discrètement, ça peut le faire aussi. Ça ne te tuera pas d'en parler. Après tout s'ils viennent jamais me voir ces informations ne resteront que des informations.

Il y avait bien des choses que Moustache pourrait demander de plus normal comme de nouveaux vinyles de musique classique, ou des cassettes pour son magnétophone. Mais bon il n'allait pas négocier de si simples objets, et puis il pourrait toujours garder cela pour plus tard.


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Lun 14 Aoû - 8:29
Il roula vaguement des yeux a certains propos de son interlocuteur. Ce qu’il ne faut pas entendre. Oui, après, le moustachu avait bien raison de se croire en position de négocier, mais a ce rythme ça finirait sans doute par lui couter moins cher d’aller Dehors pour acheter lui même ce dont il a besoin. Réflexion qu’il se fit rapidement. Dans ce cas de figure, renverser la tendance était la seule bonne chose a faire, ou alors il faudrait se rendre a chercher une autre solution que l’Araignée. Après tout il ne l’avait choisi que parce qu’il n’avait pas eu envie de rester de longues heures au Sepulcre a palabrer et il semblait que ce qu’il avait voulu éviter lui revenait dessus.

Un peu plus et tu ferais un parfait méchant pour un James Bond.

Les menaces implicites ne l’impressionnaient pas même si il devinait qu’il passerait un très mauvais moment si d’aventure il tombait entre les mains sournoises de Moustache. Puis il se disait que d’un autre coté il ne l’avait pas attendu pour être brisé, lui aussi, mais forcément personne ne prenait la peine de voir qu’il cachait failles et blessures mal guéries sous son sourire débonnaire et que son extra expressivité apparente ne reflétait en rien les méandres profonds de son âme. Bref, du coup il se permettait l’effronterie.

Moustache était pour lui un homme jouissant du Mal, le Mal majuscule, notion globale et indéfinie impliquant tout ce que l’Ours pouvait bien connaître en la matière. Les choses étaient simple tout de même. Un serviteur du Mal, face a un serviteur du Bien en négociations. Chacun jouant pour obtenir l’échange le plus favorable. Si Ours était manichéen, ce n’était pas pour autant un principe qu’il appliquait avec une ferveur acharnée. Les deux partis existent et si d’ordinaires ils sont voués a un affrontement naturel, leur collaboration peut apporter bien des choses. Ici, a la Maison, la moralité n’avait pas grande valeur. Mais la Maison avait quand même besoin du Bien dans ses rangs pour être toute puissante et non partielle. Il en allait de tout en ce monde. Tout ensemble réellement puissant a besoin de concilier les deux.

- J’avais pas envie de perdre du temps mais au final c’est ce qui risque d’arriver aussi. Mais si tu me connais si bien que tu le dis tu dois savoir que tu n’es pas l’unique personne a qui je parle au Sepulcre. Je suis venu te parler parce que tu est au bon endroit, au bon moment. Puis ca me coutera également peut être moins cher d’aller Dehors acheter ce que je veux. Quand au fait qu’on s’entende pas, pas besoin de le repréciser, c’est bien assez clair. Ce qui n’empêche pas d’essayer de parler.

Ours avait déja fumé dans sa vie et comme d’ordinaire voir une cigarette allumée lui donnait encore parfois l’envie d’en rallumer une. Mais maintenant il ne fumait plus, il fallait se soumettre a ça, laisser la présence enivrante de la nicotine hors de son corps. Arrêter avait été un calvaire. Pourtant avec usage de volonté il était passé outre les manques.

- J’ai du bon vin, italien, pas possible a trouver dans les environs proches. Et une demi bouteille d’alcool distillé a 45 degrés

Le vin était son péché mignon, cela lui ferait du mal de se séparer d’une bouteille mais il le ferait bien. L’alcool qu’il avait mentionné par contre venait de son pays natal et ce serait bien difficile pour lui de refaire les stocks. Impossible de demander a en faire importer au vu de la situation actuel du pays. De fait il avait volontairement omis le nom, laissant le moustachu imaginer qu’il ne s’agissait que d’un alcool artisanal d’entre les murs.

- Pour ce qui est des infos je sais ce qu’elles deviendraient si tu tiens l’un des gamins en question et je n’ai pas vraiment envie de prendre le risque de filer des moyens de torture.

En même temps y’a meilleur moyen de manipuler quelqu’un que lui dire d’entrée de jeu qu’on est le vilain tortionnaire. Ours avait eu l’occasion de voir assez de films d’espionnage pour le savoir.


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Jeu 17 Aoû - 20:35

James Bond, ce guignol de bon samaritain qui défendait son pays contre d'autres guignols qui pensaient des plans plutôt bien foutus. Mais qui se faisait avoir par un mec seul qui défait toute une armée ? La bonne blague. Donner à Moustache les moyens des « méchants » et la main-d’œuvre qu'ils ont et, parole de Rat, que l'agent secret ne passerait pas et qu'il se prendrait une séance d’interrogatoire comme jamais il en avait subi. Et si même avec tout ça il arrivait à battre Moustache il s'en raserait la moustache à vie !

— Les méchants de ces pseudos navets sont tous des guignols. Ne m'insulte pas veux-tu. Prends au moins des exemples plus parlants... Sérieusement même le grand méchant loup du petit chaperon rouge est moins con.

Enfin Moustache balaya tout ça d'un geste de la main prenant une grosse bouffée sur sa cigarette. L'Ours n'avait sûrement pas fini. En effet il reprit la parole. Pour quelqu'un qui disait ne pas vouloir perdre du temps il était bien bavard. Il s'amusait presque comme un enfant de voir l'Ours agir de la sorte face à lui. Par contre le menacer d'aller voir ailleurs il pensait vraiment que ça allait marcher sur lui . Si Moustache voulait quelque chose il se le procurait avec ses méthodes. Ce genre d’occasion était juste des bonus, ni plus ni moins.

Moustache n'avait pas vraiment eu le temps de répondre que l'Ours reprit la parole, lui proposant enfin quelque chose qui pouvait un minimum intéresser l'Araignée. Moustache cracha une vague de fumée sur le visage de l'Ours.

— Si tu es si sûr de toi la prochaine fois ne t’arrête pas pour me demander des choses. Tu perds de ton fameux précieux temps à blablater. Que veux-tu que ça me fasse que tu ailles voir en dehors de la Maison ? Enfin tu parles de choses qui commencent enfin à être intéressantes.

Moustache laissa tomber pour cette fois les infos sur les gamins. Ce n’était pas dans cet échange qu'il pourrait faire plier l'Ours. Mais vient à point à qui sait attendre.

— Bon je te propose un mois de fournitures basique par bouteille. Pendant deux mois je te fournirais en fournitures de soin. C'est à peu près le temps maximum qu'il me faudra pour consommer les bouteilles. T'as quelque chose qui ne te va pas là-dedans ?

Moustache se retourna laissant l'Ours dans son dos tout en l’écoutant et se mit à avancer. Peut-être allait-il en direction du fameux stock ou non. Il verrait sur le chemin. Après tout s'il donnait l'endroit où tout était rangé l'Ours pourrait y aller quand il voulait. Mais bon il suffisait de demander à changer de nouveau pour que l'Ours ne puisse pas se servir lui-même.  


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Ven 18 Aoû - 14:03
Apparement, Moustache n’avait pas les mêmes goûts cinématographiques que lui. C'était déplorable en un sens, les films d’actions sont tout de même des films offrant leur part de frisson. Par contre l'évocation du grand méchant loup le laissa entre de marbre et vaguement perplexe. Son enfance avait été bercée par les légendes de sa région comme les fées habitant sur la montagne Velebit ou alors les cruelles rusalke attirant les hommes dans les fleuves pour les dévorer, ou même la Baba Roga, cette vieille sorcière laide et cornue servant de menace pour qu’il soit un gamin sage. Puis il avait ses contes aussi, que sa mère lui racontait en y mettant l'intonation, ces contes avec des titres comme ‘’la Forêt de Stribor’’ ou ‘’Le pêcheur Palunko et sa femme’’. Bref tout un autre folklore. Les contes classiques, Perrault, Grimm et Andersen, il ne les avait connu qu’en enseignant ici. Et encore il ne les connaissait pas tous precisement. Cette histoire de loup était donc bien vague pour lui.

Toujours etait t’il que l'araignée se moquait encore éperdument de lui, mais il verrait, la racaille, si un jour il a besoin de quelque chose alors ce sera aussi une longue suite de palabres moqueuses. Ours n’oublie pas.

La proposition qui suivit lui tira un vague sourire. Il n'était pas né de la dernière pluie et savait bien à quoi s’attendre. Cet échange ne durerais certainement pas le temps que le médecin lui prédisait mais peu importe, ce serait juste un sursis le temps de trouver quelqu’un de plus coopératif. Une femme de préférence. Qu’il allait pouvoir emmener au restaurant. Et courtiser. Ses pensées lui tirèrent une expression un peu niaise. Le dom Juan de pacotille, nourri aux romans avait cette vision des choses qui lui était bien propre.

En tout cas par rapport à l'échange, Moustache n’avait rien précisé quant à la quantité ni à la qualité de l alcool. Une bouteille par semaine d’une vinasse bon marché remplissait ce deal. Cependant, l’homme au nom d’animal se chargera d’ajouter :

- Je te propose de faire tenir l'accord sur le long terme. Moi je te procure les bouteilles, toi l acces a la reserve. Si l’un de nous ne remplit pas sa part de l’accord l’autre peut également se retirer. Le reste me va.

Ours suivait, dans la foulée. Au final tout semblait trouver solution excluant les enfants et c'était tant mieux. Seule la perspective de régler ses devoirs envers cette famille absurde et imaginaire lui procurait un sentiment de satisfaction particulier...


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Sam 26 Aoû - 12:24

Moustache s’arrêta brusquement quelques secondes avant de reprendre le pas,. Les termes étaient déjà en train de changer. Moustache n’était pas contre les changements, enfin dans une certaine mesure. Car bien qu'il n'aima pas que les choses changent, il aimait encore moins s'emmerder dans une routine molle du genou. Le deal entre les adultes lui offrait une potentielle bonne surprise, ou du moins de la nouveauté, avec la seconde bouteille potentiellement inconnue.

— Donc là tu me proposes plus de deux mois. En soit pourquoi pas. On a jamais trop de stock pour l’hiver. Par contre si ça change quelque chose sur la proposition d'origine va falloir qu'on revoie de mon côté. Car pour le moment c'est une bouteille de vin italien et ton truc inconnu à 35%.

Moustache ouvrit une porte menant dans un couloir non loin des chambres d'isolement. Il appréciait ce coin. Il avait quelques souvenirs particuliers des chambres d'isolement. C'était presque un lieu bien trop familier.

— Je resterais sur ma proposition si ce que tu m'offres ne finit pas en-dessous de la qualité que tu m'as promis. Pour l'accès direct je préfère que tu viennes me voir directement, ou que tu m'envoies un de tes toutous de gosse prendre ce dont tu as besoin chaque semaine. De toute façon, il faudra bien que tu m’amènes les bouteilles.

Moustache s’arrêta. Ils n'étaient plus très loin du nouveau lieu de stockage. À vrai dire ils y étaient déjà mais il y avait des placards fermés dont certains avec des cadenas et il était impossible pour l'Ours de vraiment savoir s'il s’agissait du stockage, ou non. Moustache faisait l'effort de l'amener directement à l'endroit des stocks, agissant du coup en contradiction avec ce qu'il venait de dire. Mais en soit il s'en foutait royalement des stocks. Si l'Ours faisait le con à venir directement le stock changerait encore d'endroit et il aurait l'air vraiment con quand il viendrait se présenter face au moustachu.

Enfin c'est aussi ce qui montrait la différence entre Moustache et l'Ours. Lui en aurait rien à foutre des conséquences et passerait du temps à chercher s'il le fallait. Quitte à devoir enfermer quelqu'un qui pouvait lui donner l’information dans une chambre d'isolement pendant des jours, voire plusieurs semaines avec de la merde à manger pour le garder en vie et le faire parler.


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Dim 27 Aoû - 10:54
L’Ours est un animal loyal. Enfin du moins sa vie en la Maison avait montré qu’il s’acquittait des tâches sans fourberies, avec une certaine droiture. On se riait de lui pour ça et tout le monde se disait qu’il finirait bien par se faire manger par l’un de ces requins, qu’il finirait retors, comme tout les autres. On s’étonnait que quelqu’un agisse encore comme ça entre les murs rouges. Pourtant il ne semblait pas d’apparence souffrir de problèmes conséquents. Il menait ses échanges sans se faire trop avoir. Ceux qui agissaient en traitres avec lui le payaient de toute façon, car , blessé, il leur confisquait son indulgence et sa bonté primaire. Un élève qui le froissait voyait rapidement les conséquences des privations de générosité. Ceci, dans la mesure du possible, se faisait dans le calme.

En conséquence, il irait lui même chaque fois, en personne, sans envoyer qui que ce soit d’autre. Si d’autres élèves venaient a s occuper de cette tâche, n’importe qui pourrait prétendre venir de sa part et voler dans les stocks. En outre, il ne voulait pas risquer que l’Araignée puisse s’en prendre a eux par son biais.

- Je t’amènerais moi même une bouteille par mois et personne d’autre que moi ne viendra te voir pour trouver les stocks. Je n’ai pas vraiment besoin de fouiller par moi même, tant que l’accord tient. Pour ce qui est de la qualité je fournirais l’équivalence, si c’est ça qu’il faut

Sachant qu’il n’avait pas non plus de l’alcool de luxe a proposer. Cela suffisait a son palais, il fallait également que cela suffise a la Moustache. Il se disait que le soignant ne devait pas sortir bien souvent dans l’En Dehors, ayant été élevé ici, il devait avoir une peur bleue de s’aventurer hors de la foret. Sans doute n’avait il pas passé un permis de conduire. Ou peut être qu’il avait fini par s’habituer après tout. Ours, aussi intégré qu’il était dans la Rouge, avait un pied dans l’En Dehors, en la qualité de son habitation. Un petit appartement qu’il avait jadis partagé avec sa femme, avant de divorcer, avant d’avoir gâché toutes les chances qu’il avait de fonder un foyer hors des murs rouges.

La Maison est une maitresse jalouse, s’était il dit, depuis ce moment. A quoi il avait ajouté : la Maison est une maitresse sanglante. S’enfuir serait précipiter un destin tragique, mais ce n’était de toute façon pas une option. En tout cas lors de l arrêt, il regarda autour de lui, ne sachant a quoi s’attendre. L’araignée avait une réputation de tortionnaire bien ancrée et il pouvait toujours choisir de s’amuser un peu avant les choses sérieuses.

- On est arrivés aux stocks ? Si c’est le cas, je n’ai pas beaucoup a prendre donc je t’invite a m’ouvrir les placard comme ca se sera fait.

Ca pouvait très bien être une pièce n’ayant rien a voir, mais cela, Moustache le lui dirait bien volontiers. Il n’y avait pas de fenêtres ici, mais le professeur pouvait jurer que la nuit avait pris place a l’extérieur. Intérieurement, il se disait que ce serait bien le pire moment pour tomber. En plus conjuguer son Envers avec celui de l’Araignée ne serait pas forcément la meilleure chose. Il ignorait tout de la bête qu’était son vis a vis adulte mais n’avais toutefois pas envie de provoquer une plongée inconnue…


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Jeu 31 Aoû - 14:43

Moustache afficha un largue sourire alors que ses cheveux tombaient sur l'avant de son visage cachant la partie supérieure de son visage. Tout cela lui donnait des frissons d’excitation, cet Ours mal léché et son ton qui se voulait comme imposant. Il n'avait pas en face de lui un de ces stupides gamin. Non c’était Moustache. Et encore même sur Tignasse cela n'aurait peut-être pas marché. Et s'il se croyait en position dominante Moustache lui rirait ouvertement au nez.

— Tu peux venir toi-même si le bien t'en fait. Je m'en tape le coquillage mec. Mais va pas t’imaginer mon con que c'est ça qui évitera que les gamins viennent me voir. Je ne suis pas le seul me diras tu encore. Ahah il me suffit de les convoquer ou de rendre indisponible leur consultant d’origine pour la visite médicale.

Moustache pouvait aussi négocier comme il l'avait déjà fait avec les chefs actuels pour qu'ils lui envoient certains gamins récalcitrants ou même certains qu'ils tabasseraient et lui amèneraient pour finir le travail. Puis il pouvait aussi compter sur le petit Pieds-nus qui, par miracle, appréciait Moustache malgré tout ce qu'il lui faisait.

Mais dire cela à ce grand poilu serait contre-productif et Moustache garda cela pour lui. Le message était passé : « Je n'ai pas besoin de toi pour avoir des gamins à ma porte ». Moustache mit une main dans la poche pour caresser doucement le plat de la lame de son scalpel. La façon de parler de l'Ours ne lui plaisait pas beaucoup.

— Tu me donnerais pas un ordre là ? Si tu veux jouer à ce jeu là, je suis partant pour se foutre sur la gueule directement mon salaud. Et on continue de discuter ensuite. Enfin si tu es en état après.

Moustache ne s’était jamais battu avec l'Ours, mais l'envie ne lui en manquait pas et encore moins là, maintenant, en ce lieu. Il attacherait bien l'Ours dans une des cellules de dégrisement pour ensuite torturer un de ses petits amis comme Guillotine par exemple et ça devant les yeux bien grands ouverts du bon samaritain.

— De toute façon je ne vois aucune bouteille et je ne fais pas d'ardoise. Donc JE vais me servir en pansements et désinfectants, et ce sera tout pour le moment. Quelque chose à y redire le bon samaritain ?

Après tout Ours avait dit lui-même qu'il n'avait pas à fouiller par lui-même du moment que l'accord était là. Se servir là de suite était pour Moustache une façon de rompre l'accord vu que lui n'avait rien en échange. Après tout c’était les règles mêmes de ce samaritain de mes deux et si Moustache pouvait en profiter pour faire chier l'Ourson il ne se générait absolument pas.


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Sam 2 Sep - 21:13
Calme, calme se disait il en son fort intérieur et ceci en direction de l’araignée. Il ne voulait pas avoir un ton si impéreux que son interlocuteur l’avait perçu et ne désirait certainement pas se battre. Il n’était pas venu pour ça et loin de lui l’idée de se confronter a quiconque que ce soit Moustache, n’importe quel adulte ou même n’importe quel enfant. Parfois, non en vérité la majorité du temps, il ne comprenait pas Moustache. Peut être ne cherchait il tout simplement pas a le comprendre. Il se disait aussi qu’il commençait a tenir moins à cet accord qui finirait sans doute par lui engendrer des problèmes. Malgré tout il écoutait et observait. Et commençait par se résigner a cette situation ou cet énergumène faisait exprès d’essayer de taper sur ses nerfs.

Tout va bien, petite respiration et tout va bien.

- J’avais compris, pas besoin de me repreciser tes penchants sadiques et ta capacité extraordinaire a assouvir tes besoins de souffrance.

D.ieu qu’il était blasé. Il n’avait pas besoin de plus de condescendance, puis de toute façon il était assez conscient de pas être le superhero national. Les gamins, il faisait au mieux pour les aider dans le cadre du possible et il n’allait pas les envoyer au casse pipe. Par contre tout ce qui pouvait leur arriver en dehors se situait hors de ses moyens d’agir. Ou hors de ses préoccupations. Son quotidien suffisait bien assez a ses nerfs pour se meler en plus de ce qui ne le regarde pas.

A l’exception peut être de certains, ses petits agneaux égarés. Berger des âmes, trop de loups rodaient dans les bois pour être sur tout les fronts. Bref, la n’était pas la question.

- Je ne voulais pas mettre la pression mais je fatigue apres une grosse journée de cours. Donc je vais devoir décliner la bagarre aussi, je ferais vraiment un mauvais adversaire.

Il n’attendait aucune compassion de la part de son interlocuteur, ce qui ne l’empêcha d’étirer un sourire malheureux, jouant l’humour de bon aloi et l’humilité. La fatigue n’était pas fausse cependant. C’était bien elle qui lui dictait le choix de conclure au plus vite ou laisser la l’affaire. Bref, la politesse, sans doute que si il voulait sortir et abréger dans l’instant il le pourrait encore une fois. Il tenta tout de même une dernière demande qui ferait décider ce qu’il serait mieux de faire.

- Tu peux m attendre ici ? Le temps de passer a ma salle je vais chercher une bouteille. On procèdera a l’échange comme ça et personne ne sera lésé.

Un oui et l’aventure continuait. Un non et l’Ours se retirerait pour cette fois. A moins que l’araignée n’aie une annonce différente qui change totalement la donne. Mais pour le moment il restait plus simple de théoriser le futur en termes binaires.


Merci Quenotte:
 
avatar
Messages : 64
Âge : 33
Libre pour rp? : Yep
Voir le profil de l'utilisateur
Moustache
Lun 11 Sep - 20:39

Ours pensait avoir compris Moustache. S'il était juste sadique et fou il aurait déjà attaqué l'Ours pour essayer de faire preuve de ce fameux sadisme. Pour ce qui était de la déclination à la baston Moustache n'en avait que faire. Il se doutait bien que l'Ours, au vu de son caractère, déclinerait ou trouverait une excuse pour esquiver la chose. Le seul moyen pour le forcer à se battre avec Moutache serait plutôt de le faire venir sur un lieu où Moustache aurait torturé un des chouchous de l'homme.

— Non je ne vais pas rester ici à perdre du temps. De toute façon les fournitures de base qui sont proposées sont des pansements et du désinfectant. On va faire un truc : tu vas chercher ce que tu dois me donner, je prends ce que je dois te donner et tu me rejoins dans mon local.

À l'Ours de voir si cela lui allait ou non. Moustache ne resterait pas ici à ne rien faire, car rester inactif le rendait vraiment pas agréable pour un sou. Il valait mieux pour tout le monde de se rejoindre dans le local de Moustache.


avatar
Messages : 54
Libre pour rp? : 4/4 mais ouvert a la reservation
Voir le profil de l'utilisateur
Ours
Mar 12 Sep - 9:22
Le bureau de monsieur Moustache. Ca ne changeait pas grand chose pour lui hormi la destination et puisque la chose semblait se confirmer, aucun besoin de créer du soucis en plus. Il allait déposer les bouteilles, prendre le matériel puis c’est tout. Il avait eu son quota de menaces sous jacentes et d’animosité pour la journée. Pour la semaine peut être. Mais bon on est jamais a l’abri que ca recommence, l’agressivité et tout le reste. Alors il allait se contenter de se reposer pour la soirée après cela. Peut être que même Moustache aurait besoin de se reposer de son coté ? Ce n’était pas si important mais cela supposerait que l’araignée serait bel et bien un humain normal quelque part. Bon, trêve de réflexions, autant répondre tout de suite :

- Pas de problèmes pour moi, je t’amène les bouteilles dans ton bureau d’ici 5 minutes a peu pres

Lorsque le moustachu sembla accepter, le professeur s’éloigna vers les couloirs, d’un pas non pressé, avec la pensée de s’acquitter de ses devoirs de la journée. Ses pensées se tournaient déja vers la suite, vers les élèves qu’il reverrait en cours le lendemain. Jeudi, jour de liesse. Ou peut être resterait il un peu plus tard, guetter l’Envers du coin de l’oeil, le laisser s’abattre sur lui…

Spoiler:
 


Merci Quenotte:
 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu d'humour dans ce monde de brute
» Les multinationales dans le monde
» Elliot Carver ◄► Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute
» Solution pour lutter contre la faim dans le monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: