Partagez|
Quand la musique est bonne • Guillotine
avatar
Messages : 143
Âge : 28
Libre pour rp? : Complète.
Voir le profil de l'utilisateur
Brèche
Dim 14 Jan - 13:48
Morphée avait été dûment enterrée au sein des tombes parsemant le cimetière de la Maison, cérémonie à laquelle Brèche s'était soustraite, incapable d'y assister moralement. Elle avait déjà fait ses adieux à la pensionnaire auprès de Miguel échangeant, au sujet au-dessus de sa future tombe, leurs peines et leurs anticipations de l'avenir. En deux semaines les rouages de la Maison avaient repris leurs fonctions et la vie de tout à chacun semblait à peine bouleversée par ce qu'il était advenu. Si on ignorait, ostensiblement, les rumeurs de couloirs, les chuchotements glanés dans les recoins.

Chaque mort laissait son empreinte dans la Maison comme une dent manquante dont on sentait l'absence, la langue venant y buter chaque jour.

Brèche avait pris l'habitude de raser les murs, sa jambe boitant encore mais la soustrayant du poids de vagabonder en béquilles. Ce qui était déjà un soulagement en soi, mais un soulagement vite réprimé lorsqu'une des jeunes Loirs, cadette arrivée l'année même, réclama son aide.

« On trouvait ça drôle mais ça peut mal tourner. » expliqua-t-elle à Brèche tout en tendant un walkman peinturluré de toutes les couleurs, passé entre les mains de Loirs avides d'une nouvelle toile où apposer leurs visions artistiques. « Faut juste que t’aille le ramener à la tanière des Rats et tu t'excuses de notre part. Y diront rien. J' crois. »

Oh non ils diraient rien, ça Brèche n'en doutait pas. Mais le propriétaire du walkman allait faire comprendre son ressentiment. L'on saisirait Brèche et la passerait à tabac, s'amusant de son insensibilité. Mais si c'était là le prix à payer pour éviter une guerre ouverte, et bien plus sanglante, entre Loirs et Rats, Brèche était prête à se sacrifier. Martyre de la Maison.

Brèche avait glissé l'objet du délit dans un sachet de papier le tenant contre elle connaissant trop bien les mains baladeuses des pensionnaires dont celle d'un fervent kleptomane capable de voler jusqu'à votre mouchoir usagé pour le seul plaisir d'avoir volé quelque chose. La Loire ne prit pas la peine de frapper à la porte du dortoir des Rats. Celle-ci était largement ouverte laissant se répandre, dans les couloirs, la musique tonitruante qui en sortait. Avançant, Brèche fut certaine de sentir l'odeur de la cigarette et d'autres vapeurs aux effets psychédéliques. Ses yeux eurent beau scruter, elle ne perçut rien de Feu-Follet. Elle était seule face à la horde des rongeurs.

« Excusez... »

Sa voix fut étouffée par la musique, les rires et les cris. On la bousculait sans ménagement l'ignorant superbement, tout au plus lui accordant un bref regard. Un Rat finit par lui délivrer une indication entre deux mastications de chewing-gum, menaçant de lui faire éclater la confiserie à la figure.

« Fange est pas là. Si t'as un message à délivrer, faut voir Gui. »

Et d'indiquer, d'un geste du menton, la chambre du second.

Brèche suivit le chemin indiqué, sa salive s'asséchant dans sa bouche. Elle n'avait jamais parlé à Guillotine et l'avait, tout au plus, aperçu dans un couloir ou une salle de classe. Par sa nature de Rat il la terrifiait. Le hamac suspendu lui happa le regard lorsqu'elle s'approcha du territoire du second – il dénotait presque dans tout ce dortoir, conférait aux lieux une nonchalance qui collait aux Rats mais aux accents presque pirate. Ce qui allait en totale adéquation avec la caisse énorme qui trônait à quelques pas de là à l'allure de coffre à trésor. Brèche déglutit à la vue des cibles où des objets (couteaux chipés à la Cafetière ?) avaient laissé des traces.

« Guillotine ? » demanda-t-elle à la vague forme humanoïde qu'elle croyait discerner dans tout ce fatras. « Je... Je viens ramener quelque chose qui appartient à un Rat... »

Tendant les bras, du bout des doigts, Brèche tendit le sachet de papier kraft.



PortraitCarnet

Avatars par Quenotte et Cassiel. Award par Quenotte
Feu/Brèche par Fantôche
avatar
Messages : 43
Voir le profil de l'utilisateur
Guillotine
Dim 14 Jan - 18:03
La mort de Morphée l’avais moins affecté émotionnellement que d’autres lui semblait il, mais il avait tout de même refusé de venir a l’enterrement. Vieille tradition chez lui, il n'enterrait jamais personne, beaucoup avaient spéculé que la mise en terre lui fasse peur, le terrifie au delà de la norme, mais personne n’avait pu constater de ses yeux pourquoi le Rat se refusait a ce genre de cérémonie. D’autres spéculaient que ca tenait a son absence de croyance a quelque chose se situant au delà du matériel. Quelle que soit la vérité il avait surtout beaucoup travaillé a remettre sur pied Chandelle ainsi que les autres Rats pris dans la tourmente.

En vérité il n’était pas le sous chef des rats, beaucoup se trompaient en cela car le Borgne, l'âme damnée de Fange, faisait plus figure d’ombre que de personne a part entiere. Donc pour combler les vides, on prenait souvent le plus gradé après, a savoir lui même. D’une certaine facon il avait ce talent fédérateur faisant de lui une figure d’autorité relative. Donc il lui a ramené une petite Loirette frissonnante, le genre qui inspire assez la pitié pour servir d'émissaire. Lui, installé sur ce hamac faisant office autant de lit que de trone, avait perdu son lecteur dans la tourmente, ce qui le rendait d’une humeur basique excecrable et donnait lieu a des menaces de tortures atroces jamais exécutées. Persuadé qu’on lui avait pris pour faire du vaudou dessus comme savent bien le faire les Cerfs, il s’était entouré de certains de ces mystiques, dans l’espoir d’a travers eux mettre la main sur son bien.
Lorsqu’elle l’appella par son réel surnom, il se renfrogna de plus belle. Certains savent que le sieur aime se faire nommer “Lieutenant” ce n’est cependant pas donné a l’ensemble de la maison d’avoir la connaissance de ce traumatisme ironique de la tete coupée. Il se tourna cependant vers elle, son crane rasé de frais et l’expression des mauvais jours. Du mouvement le plus contrôlé possible il daigna descendre, tentant de faire peser sur elle une menace tacite, mais ignorait il sans doute qu’elle n’avait que trop l’habitude d'être prise ainsi. Il lui arracha a peu pres le paquet des mains, avant de sortir sa possession, bariolée et criarde.

Une claque fusa, due a ce trop plein de nervosité atteignant son sommet. Rationnellement il avait bien l’idée de l’inutilité du geste, mais sa raison s’était mise a l’écart, comme ca arrive parfois. Il continua un peu en perte de sang froid, avant de s'arrêter.

- Bande de dégénérés, votre connerie légendaire n’a aucune faille. Petites saloperies de Loirs… Vous avez l’air de tenir a ce que Morphée soit pas le seul mort dans vos rangs...

Il était fatigué de frapper sur quelqu’un qui n’avait pas l’air de ressentir quoi que ce soit. Bref, il respira un coup, juste le temps de se remettre les idées en place. Il finirait bien par apprendre qui lui avait pris ca. Il lui semblait avoir suffisamment secoué la Loirette et il lui devait quand même le fait de lui avoir rapporté son bien.

- Je t’ai vu, d’ailleurs, le jour ou on l’a trouvé au réfectoire.

Et également a la fete des Loirs. Et dans la salle aux Dents. Trop de coïncidences. Son cerveau se remit a bosser comme il se devait.

- On va commencer par le début. Rappelle moi qui tu es ?


▬    Lost souls in revelry
Running wild and running free
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» Shamisen et guitare électrique: quand la musique est bonne ♪ [ pv Daisuke Shimaru ]
» Quand la musique est bonne ~~ [RP CLUB DE MUSIQUE]
» Jukebox ∞ Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle guide mes paaaas ♪ ♫
» Oups, la musique est peut-être un peu forte? (Curtis ft Nolwenn)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: