Partagez|
Visage de papier [terminée]
avatar
Messages : 16
Libre pour rp? : OUI
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 19:35


ft. OC _ Kelsey Beckett

fiche médicale
Sous les Briques

Bonjour bonjour, moi c'est Persy ! (je manque toujours d'originalité pour ces trucs là). J'ai 20 ans, et je suis la fière mère d'un chaton d'1 an nommé Moé. Oui c'est encore un chaton, non elle n'est pas encore adulte. C'est mon bébé. Point.
J'ai commencé le rp il y a 3 ans, et je reviens après une longue pause d'1 an, j'éspère que je suis pas trop rouillée ;w;
Erm.
(que dire)
J'éspère que je serais supportable et qu'on s'entendra bien, voilà ;w;
( excited )


nom : Masque (parce qu'elle a un masque)

âge : 15 ans

âge d'arrivée : 15 ans

origines : Père anglais, mère française

groupe : Les Loires

rang : Tout ou rien, tout et rien

rôle : Découpeuse d'identité

affiliation avec l'envers : Tombant

raison de l'admission : Défigurée
Comment votre personnage perçoit-il La Maison, son folklore et ses traditions ? —
Sourire sur ses lèvres en papier, elle l'a adressé aux briques de cette étrange maison rouge. "Tu seras bien là bas", "il y aura d'autres enfants comme toi". "Comme toi" ? Impossible, elle était unique, elle était jolie, elle était... Elle n'était plus, apparemment.
Elle se sentait agressée, par cette maison, par ses occupants, par sa mère, mains gantées de soie blanche, qui la déposait devant la porte, sourire des grandes occasions aux lèvres.
Des larmes menaçaient de gondoler ses joues en papier, elle n'avait pas peur de quitter ses parents, de se retrouver seule, privée des privilèges qui à la naissance lui avait été déclarés comme due, elle avait peur, était effrayée par l'autre. Les occupants de la maison, "comme toi". Comme elle. Parce qu'elle ne savait plus trop ce que c'était, "toi", alors comment savoir ce qu'allait être ceux qui devaient lui ressembler ?
Coeur qui bat, oreilles qui sifflent. Le vide, aussi. Rampant, sifflant, frolant la peau rosée de ses mollets, menaçant de la mordre, de l’engloutir dans son immensité.
Elle ne savait pas ou elle était tombée, et elle ne voulait pas le savoir.
Comment perçoit-il L’Envers ? —
C'est comme un conte qu'on ouvrirait contre notre volonté. Une histoire que l'on nous cri même si l'on ne croit plus aux fées. Une fleur fanée, que l'on arrose dans une obsession malsaine de la voir renaître. Elle se sent partagée, Masque, entre désir violent de devenir autre chose, et peur de devoir se réveiller. Ça l'émerveille comme ça l'insupporte, délicieux mensonge, putride vérité, comme quand on regarde par la fente de ses mains alors qu'on s'était promis de ne pas avoir peur le soir.
Elle devient, alors qu'elle ne croyait être rien, elle disparaît, le lendemain.

Quel est son avis sur les adultes/enfants ? —
Maque, c'est la plus forte pour jouer à cache-cache, même si elle est trouvée en premier. Parce qu'elle se cache toujours, elle ne se révèle qu'à moitié.
Elle n'est pas timide, elle ne veut juste pas apprendre à connaître les autres.
Même avant les masques, elle n'en avait pas envie. Parce que ça lui fait peur les autres, et elle a peur de leur faire peur, elle aussi.
Pensées en l'air

Les masques, elles les collectionnent par dizaine. Elles les a tous fait à la main, à partir de photo de femmes qu'elle trouvait belle, dans les magazne de mode de sa mère. Elle en change tout les jours, parfois même plusieurs fois par jour, quand l'humeur lui en dit. Le papier glacé vibre quand elle parle,
quand elle respire trop fort, quand elle soupire. Se mouille et se gondole quand elle peine à sécher ses larmes. Se froisse quand elle se cache le visage.
Mais qu'y a t-il encore à cacher, tout est déjà enfoui dans le vide.
Les magazines, Elle les ramasse, les chasse, les traque. Elle en veut toujours plus, toujours en quête de nouveaux visage. Elle passe son temps à découper, coller, c'et une obsession, c'est vitale, aussi vitale que la respiration.Les jolies robes, elles les adorent. Mais elles ne sont plus assez jolies pour elle, alors elle colle, dessus, des jolies papiers, des jolies images, des jolies formes, tout ce qu'elle n'a plus.
Elle a les mains qui collent, comme son visage, comme ses robes,
du surplus qu'elle applique maladroitement sur ses papiers glacés.
Les barettes, elle en parsème ses cheveux, elles les trouvent jolies,
surtout celle qui brillent.
Elle ramasse des fleurs, qu'elle regarde fanner, avec mépris. Avec admiration aussi. Elle coince les pétales dans ses barettes, parce qu'elle est une fleur, elle aussi.
Fragment d'Âme
Cheveux blonds aux reflets de pêche, nez petit, fin, aquilin, yeux bleus, clairs, malicieux. Elle était mignonne, elle était jolie, Masque. Elle le savait, tout le monde lui disait. Les amis photographe de sa mère voulaient la prendre en photo. Les garçons la regardaient dans la rue. Ca lui plaisait, elle aimait ça, elle svaait qu'elle serait nulle en théâtre, car elle ne pouvait pas éprouver plus de plaisir à être quelqu'un d'autre qu'elle même. Même si Maman s'aime plus qu'elle ne m'aime ? Même si Papa aime plus la richesse qu'il ne m'aime ? Elle passait au dessus de tout ça, ce n'était que des flaques d'eaux sales sur le chemin de sa vie,
qui ne tâchaient que légèrement ses bas de soie. C'était plus amusant de ne pas s'en préoccuper, de ne s'occuper que de soi.
Mais la seule personne que Masque avait peur de voir partir l'a quitté. Elle s'est vue partir, quand elle s'est réveillée de ce cauchemar, qui est devenu encore plus effroyable quand elle a comprit que ce n'en était pas un. Ses larmes acides faisaient mal à ses joues déchirées, et maintenant, tout ce qu'elle voyait dans le miroir, s'était des bandages blancs, mur infranchissable entre elle et ses joues doucement rosées. Il ne lui restait que ses yeux, sous ses bandes de tissus si blanches qu'elle aurait préférées qu'elles soient sales; Ils n'avaient plus rien d'angélique, ou de purs, mais ils étaient la preuve que Masque avait recouvert quelqu'un, cette petite fille qu'elle était avant vivait en dessous,
elle l'avait recouvert de ses bandes de tissus, et ne la laisserait plus jamais sortir.
Colérique, solitaire, elle n'a désormais plus aucune raison de vouloir plaire,
de cacher le fait qu'elle est une peste. Elle ne retient plus ses sates d'humeur,
ses états rêveurs, ses rires ingrats. Elle ne sait plus rien dosé, pleure à chaude larme quand elle devrait juste faire la grimace, éclate de rire quand elle devrait juste sourire. Mais ses masques en papier lui rendent la vie plus facile.
Le Début du Conte

La vie lui souriait, d’un sourire éclatant comme celui qu’elle avait agrafé sur le visage. La confiance faisait beaucoup, elle se sentait libre, jolie, douée. Elle dévorait la vie, entrait dans celle des gens comme un ouragan, en ressortait avec tout autant de théâtralité. Née d'une famille aisée, petite fille chérie, pourrie gâtée d'une mère superficielle, d'un père sévère et distant. Elle avait tout, elle le savait. Elle aimait être en vie, tout simplement, et elle voulait en profiter comme personne ne l’avait jamais fait.

Mais "tout", ce n'était pas assez pour elle. Il lui fallait "plus", il lui fallait l'interdit,
l’inconcevable, le politiquement incorrect. Elle malmenait la bonne, se moquait des pauvres gens, des ignares, des idiots qui passaient à la télévision le vendredi soir, se vantait de sa beauté, de son intelligence, de ce qu'elle pensait pouvoir toujours avoir. Elle avait rencontré une fille, dans son internat, qui comme elle,
voulait plus que tout. Qui, contrairement à elle, n'avait rien. Les bêtises, c'est pour les enfants, se justifiaient elles, c'était légitime, elles y avaient droit, elles aussi.
Tombées, bien bas, bien bas, plus bas que terre, plus profond que le noyaux de la terre, noyées jusque dans le cosmos, pour leurs bassesses. La Terre, l'univers,
Dieu, le karma, ou peut-être juste la vie, leur a rendu en mille. Elles possédaient tout, toutes la terre, elles avaient le droit à tout, même si ça ne leur appartenait pas.

Elle est jolie cette voiture, elle a l'air chère. Mon père pourrait m'en acheter dix comme ça ! Le mien ne voudra même pas en entendre parler. Peu importe,
elle est à nous, nous l'avons vu les premières, si nous hurlons qu'elle nous appartient, personne, personne ne viendra dire le contraire. Casses la vitre,
démarres le moteur, on s'en va, on quitte tout, on ne reviendra pas, le monde est à nous, et même plus encore.

Alors tout leur a été enlevé, dix mètres plus loin. Elles ne savaient pas conduire,
et elles ont foncé dans un arbre. Tout leur avait échapper des mains, leur avait glisser entre les doigts. Elles s’étaient rendues compte trop tard qu’elles avaient été trop naïves, que leurs rêves étaient comme des gouttes de pluie, à rouler sur leur peau, les faire légèrement frissonner, pour mieux s’écraser par terre et ne laisser que le froid, le mordant du vent sur leurs joues mouillées.

On n’a plus reconnue Masque. Son visage était parti, avec les morceaux de pare-brise. Elle pouvait parfois être magnifique, et tout était parti, son visage tiré, déchiré, n’était plus reconnaissable. Papa et Maman n'avait pas voulu voir les lambeaux qui restaient d'elle, avaient supplié qu'ils n'enlèvent pas les bandages.
Ils ne pouvaient pas la garder comme ça, elle apportait la honte, elle apportait l'infamie, elle apportait l'idée de la mort, de l'éphémère. Au moins, ils pouvaient la cacher. Ils diraient qu'elle serait partie, brillante fille qu'elle était, faire des études en Amérique, d'Art, ou de littérature, voir de sciences, qu'elle se faisait pleins d'amis. Ils tissaient les mensonges, dans la voiture, en l'emmenant vers sa nouvelle maison.

Elle était silencieuse, à l'arrière, regardant pensivement par la fenêtre. Rêvait qu'elle était cette fille, qui avait l'air si vivante dans les mensonges de ses parents. Le visage entouré de pansements, elles se sentaient ridicules. Alors elle avait découpé  une multitude de visage dans les magazines de mode de sa mère, avait découpé les yeux, avait accroché des élastique. Une multitude de masques étaient né, remplaçant désormais ce qui restait de Masque. Ils seraient la nouvelle elle, et risquaient de le rester.

avatar
Messages : 44
Âge : 21
Libre pour rp? : 3/3 (ouverte aux propositions !)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 19:54
Bienvenue !

J'aime beaucoup tes avatars ♥️ Et le début de ta fiche laisse présager une histoire bien triste :c

Tu ne t'es pas encore décidée pour le groupe, ça veut dire qu'on peut essayer de te corrompre ? êê *pousse gentiment vers les Cygnes*

Bon courage pour la suite !



MINUIT (RÉ)SONNE
Time is running out.


Bégaie en midnightblue.
PrésentationRelations
avatar
Messages : 16
Libre pour rp? : OUI
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 20:21
MERCI.

Merci beaucoup, ça me touche, surtout que je sais pas du tout grapher alors généralement je superpose des trucs au hasard et j met de la police partout et- BREF ENFIN EUH. MERCI.

Et oui, corrompez-moi c: Je sais aaaaabsolument pas quoi choisir comme groupe alors si vous vous sentez d'humeur à activer le mode propagande, mon esprit influençable est tout ouvert c;
avatar
Messages : 34
Âge : 19
Libre pour rp? : voui.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 20:58
*arrive en lançant un piano sur Minuit* les cygnes sont nuls
Alors déjà ptn ces avatars fabulous fabuleux, j'suis en extase admirative c'trop bô.
Cette fiche va envoyer du sacré pâté, j'peux le sentir. excited
ENSUITE VIENT CHEZ LES LOIRS ON EST LES PLUS BÔ ET LES PLUS CHOUETTE. /KREV
KOM ON É DES ARTISTES ON FERA DES JOLIS MASQUES À MASQUE. /KREVx2
avatar
Messages : 16
Libre pour rp? : OUI
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 22:29
Hanlalalalalallalalalalalallalalalalalalalallalallaalaal- erm
Merci beaucoup ;w;

ET C'EST TROP MIGNON ELLE SERAIT TROP CONTENTE D'AVOIR DES JOLIS MASQUES OHLALA
avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Nov - 22:43


c'est la chanson qui m'est venue en tête quand j'ai lu ta présentation,
et je trouve qu'elle lui va très bien
(c'est plus la mélodie qui m'a fait tilté, faut pas chercher un rapport avec les lyrics XD)
((pour aller plus en profondeur, la chanson fait référence à la Mathilda du film Léon the professional))

la bienvenue à toi >:)
avatar
Messages : 32
Libre pour rp? : Nope
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 2:14
Bienvenue Masque ! émerveillé  J'aime beaucoup trop ce perso et le concept. C'est trop bien d'avoir basé ce personnage sur ce genre de handicap. Je la trouve très poétique, et découper des visages dans des magazines c'est à la fois creepy et mignon voilà.

Je renforce la shameless promo de Personne mon fidèle second pour dire qu'en effet, Masque serait bien accueillie chez les Loirs (à titre personnel, Rouge-gorge la kifferait trop voilà) (entre gens masqués). Mais quel que soit ton choix c'est sûr qu'elle va bien s'intégrer à la Maison !

Bon courage pour la fin de ta fiche hi
avatar
Messages : 16
Libre pour rp? : OUI
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 9:54
Waaaaah merci ;w;

merci Os, je connaissais pas du tout cette musique, ni ce film, mais elle est bien sympa (j'ai passé la nuit à l'écouter OK), ça fait bien bande son de Life is Strange héhé

ET. MERCI ROUGE GORGE. Après réflexion je pense en effet qu'elle aurait plus sa place chez les Loires. J'vais y réfléchir encore un peu quand même huerf
avatar
Messages : 130
Âge : 28
Libre pour rp? : Complet / prends les projets en mp
Voir le profil de l'utilisateur
Fange
Ven 3 Nov - 10:07
VIENS CHEZ LES LOIRS (ceci était un message de diablo)

bienvenue sur le forum et bonne continuation pour ta fiche même si ce qui se trame déjà a tout pour m'intéresser. sacrée plume que voilà en tout cas !



avatar
Messages : 46
Libre pour rp? : oui !
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 16:35
Bienvenue Masque, viens chez les Cygnes ;) (nan en vrai Richter m'a obligée à dire ça, fuis tant que tu le peux)

T'as pas l'air trop rouillée en vrai, ta fiche fut très agréable à lire love Et puis ton personnage est hyper chouette et très poétique, je plussoie Rouge-Gorge ! (même si perso le coup des masques en papier ça me fait UN PEU FLIPPER voilà D: )



Spoiler:
 

merci Quenotte pour cet avatar du swag
avatar
Messages : 16
Libre pour rp? : OUI
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 19:53
Hanlalalala merci vous êtes gentils :3

J'AI CHOISI C'EST BON.
DONC MA FICHE EST TERMINÉE
avatar
Messages : 196
Libre pour rp? : 2/2
Voir le profil de l'utilisateur
Quenotte
Sam 4 Nov - 13:25



Tu es validée

"C'est comme un conte qu'on ouvrirait contre notre volonté"
Cette phrase est très vraie et décrit La Maison en général à la perfection, tout simplement.

J'aime beaucoup ton personnage qui n'est pas sans me rappeler le film Au revoir Là haut que j'ai pu voir récemment. J'aime cette gaine pourrie gâtée qui s'est elle-même condamnée, déchue parmi la plèbe qu'elle doit désormais bien supporter pour survivre, à La Maison comme à elle-même. C'est une jolie plume que tu nous offres là et j'ai hâte de te voir écrire avec nous et rejoindre la galerie des personnages hauts en couleurs du forum!

Tu peux désormais créer ton carnet de liens et à poster une demande de rp. Tu peux également ajouter ta patte à  la chronologie du forum. Amuse toi bien par ici et encore une fois, bienvenue !








Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Kyoshi Alma, ou " Visage de corbeau " ( terminé )
» Ision Lorindiar, l'homme sans visage [Terminé]
» [Codage] Volière & Papier Lettre - Mortissia Evenblood [Terminé - Abygael Thompson ]
» Ashelia D. Nargan, l'absinthe de l'homme [Terminée]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: