Partagez|
jusqu'à l' ━ os.
avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Oct - 23:15


ft. Rick Genest - mannequin
fiche médicale ━ os.
Sous les Briques

yo, moi c’est mércure, dix ans de rp. mais j’en ai pas fait depuis quasi un an, je n’ai pas vraiment écrit en français depuis un an aussi. j’huile progressivement mes engrenages, alors c’est possible que ce soit relou de me lire au début. sinon, je me suis pris le pied dans un lien et suis tombée sur ce (très joli) forum alors que je sautais de partenaire en partenaire. c'est le coup de foudre depuis/  


nom : On t’appelait le Magicien d’Oz, à cause des merveilles en tout genre que tu trimbalais dans tes poches. On t’appelait Oz pour faire court, mais surtout pour faire vite. Vu que tu nous accordais que le temps d’un nom écorché, le temps d’une syllabe hélée, avant de foncer dans le tas. On t’appelait le Magicien quand on essayait de te paraître affable. Car comme nous tous, tu avais un coquecirgue dans la gorge – ou peut-être un rat dans ton cas, que t’essayais de faire taire – mais la satanée bête trouve toujours un moyen de chanter, et toi c’était à travers tes poings, à travers le feu et la boue, à travers la poterie cassée et parfois à travers tes doigts, en bricolant des trucs utiles, parfois beaux. C’est une magie folle, une magie scarifiante, cuisante. Une magie à partager avec notre Rousse, comme Elle a partagé la sienne avec toi.
Et te voilà de retour une décennie plus tard, avec les chairs à l’envers et un pouce qui n’a toujours pas repoussé – t’as sûrement arrêté d’y croire à un moment. Un habitué avait de nouveau interpellé l’enfant en toi, « Oz ». Mais à cause de ton tatouage squelettique, les nouveaux avaient cru entendre « Os ».
Tu ne nous avais pas corrigés, peut-être car tu n’étais encore sûr qui était dans le tord.

âge : vingt-sept ans. (né le 11 Octobre 1965)

âge d'arrivée : 15 ans (en 1980) ; puis départ à 17 ans (1982), et re-arrivée à 27 ans (1992)  

origines : Texas, il vient de Dallas.

groupe : adultes.

rang : Sugar Skull

rôle : Gardien, avec un g majuscule.

affiliation avec l'envers : anciennement tombeur, tu luttais tout le temps, Os – le combat c’est les autres, comme disaient les poltrons. Mais toi tu savais que le vrai combat se passe dans les tripes, contre soi-même. Alors tu luttais contre toi-même, t’essayais de te résister ; et dans l’intensité de ta résistance, tu rejetais tout ce qui t’approchait, que ce soit ta propre voix ou celle de l’Envers. Maintenant que t’es revenu parmi nous, avec une meilleure prise sur tes cerbères, l’Envers ouvre ses bras interminables pour toi : le désormais sauteur.  

raison de l'admission : avant, c’était à cause de son trouble explosif intermitant. Maintenant, c’est pour le post de Gardien.
Comment votre personnage perçoit-il La Maison, son folklore et ses traditions ? —
La maison c'est ma rousse, et moi, moi je ne suis qu'une tâche de rousseur sur sa peau ; une autre constellation parmi tant d'autres. Et comme toutes les rousses, tu sais, elle a dérobé un fragment de mon âme et l'a emprisonné entre ses seins.
La rousse et moi c'est compliqué. Je n'étais pas, et je ne serai jamais le seul dans sa vie. Mais je l'aime tu sais, je l'aime tellement que j'aime aussi ce qu'elle aime. J'aime son engeance, les princes et les princesses qu'elle a teint de ses couleurs. De sa couleur. Et elle a beau être cruelle aux yeux de la norme, quand on essaye de la comprendre enfin, quand on essaye de la comprendre vraiment... on réalise qu'elle est plus humaine que ces autres entités qui colonisent l'en-dehors.
On réalise que la phalange d'un pouce, c'est trois fois rien.

Comment perçoit-il L’Envers ? —
T’as déjà regardé ton reflet en étant debout sur la surface de l’eau ?
bah c’est ça l’envers.
C’est pas ton reflet dans l’eau non ;
l'envers c’est la possibilité de marcher sur l’eau.

Je craignais de marcher sur l’eau quand j’étais gosse, je craignais de me noyer. Maintenant plus vraiment, parce que j’sais que j'ai pas mal d’air dans le corps.
Et pas mal d’eau aussi ; t’arrêtes de craindre d’affronter les eaux inconnues, quand t’as déjà dompté les tiens.
T’arrêtes de te noyer quand t’arrêtes de gigoter.
Ouais parfois arrêter de gigoter signifie que t’es mort,
mais pas tout le temps.

J’veux dire, tant que tu ne laisses pas le courant t’emporter trop loin.

Y’a que les poissons morts qui se laissent emporter par les courants. Et ça va dans les deux mondes, dans l’envers et dans l’en-dehors. Dans les deux cas y’a un courant contre lequel tu dois nager parfois, auquel tu dois prouver que t’es vivant, que t'es là, et que tu ne le laissera pas toujours choisir pour toi.

Quel est son avis sur les adultes/enfants ? —
Au royaume des fleurs en papier
on joue souvent au croquet.
Les rois et les reines tapent dans les balles
avec leurs flamants roses ;
et les adultes tapent dedans
avec leurs becs.

Au royaume des fleurs en papiers,
les enfants sont des reines rouges ;
qui par, noblesse oblige, tranchent des têtes et
autres jointures.
Pensées en l'air

Carmen T. Calavera – ancien rat – réputation de teigne quand il était nain – n’a plus que sa grand-mère pour l’appeler par son nom de baptême, Théodore – croix en argent autour du cou – rêves d’adolescent autour du cœur – veut devenir chanteur – met ses mains derrière son dos quand il chante – met ses mains autour de son cou quand il pleure – mais ne pleure qu’intérieurement – ne rit qu’intérieurement aussi – joue de la guitare et du ukulele – chrétien pratiquant – enfin presque – récemment gay – et pas gay comme dans ‘joyeux’ – trouvera toujours que la bouffe de abue est meilleure (|ab-wai| : mamie) – hablar español – ne boit pas et ne fume qu’occasionnellement – sa grand-mère par contre, un vrai pompier alcoolique – significante myopie – a cette habitude d’essorer ses traits quand il ne voit pas bien de près, ça lui fait une drôle de grimace – les gens ont tendance à trouver que c’est plus intimidant que drôle – travaillait dans un centre de recyclage – et ramenait parfois des trucs chez lui qu’il bricolait, les habitudes ont une peau de crocodile – très nonchalant – paraît même stone – n’a jamais touché de drogues dures de sa vie pourtant – première beuh en compagnie d’abue – fan invétéré de Freddy Mercury – d’une honnêteté translucide – 1m80 de décisions imprévisibles qu’il ne regrette jamais – oui même le Cthulhu à l’intérieur de l’aine – ne cache aucun secret sur lui-même – mais gardien des secrets de tout le monde – le christianisme a été une ancre qui l’a aidé à maîtriser ses transformations durant les pleines lunes – et pour répondre à la question que tout le monde se pose, his type of men is ramen.    
Fragment d'Âme

On est d'accord, il y a deux sortes de vérités ;
le genre de vérité qui te flingue la tempe, et te tue
la balle reste dans la tête,
(et tu dois apprendre à vivre avec) ;
et le genre de vérité qui te flingue la tempe
et sort de l’autre tempe.
(la balle est sortie, mais t’as deux trous dans la tête maintenant)
(et ça fait pas mal de courant d’air).

Carmen lui, c’est plus le second genre de tireur.
Sa franchise ne tue pas, elle donne une seconde vie ;
ses mots sont vifs, mais peut-être aussi trop vifs
tellement véloces
un peu comme la lumière
ça te traverse ;
et parfois tu ne les sens pas passer, jusqu’à des heures plus tard,
parfois des années.

Carmen c’est pas vraiment de ceux qui doivent détruire pour créer,
Carmen c’est pas vraiment de ceux qui créent,
Carmen c’est peut-être un peu de ceux qui réparent.
Carmen il est né d’un soupçon d’ennui, une cuillerée d’extravagance, deux fioles de feu de forêt
des rêves et des balles en argents,
de l’eau des montagnes aussi.
Ça doit pas être facile à fusionner, autant d’ingrédients contradictoires ;
mais vous comprendrez de quoi je parle, si vous l’aviez en face de vous, vous aussi.
Vous comprendriez que malgré qu'il porte une peau de serpent aux couleurs criardes de dangerosité, sa peau
épouse tout le contraire de ce qu'elle couvre.
vous comprendriez que les rêves sont une arme pour lui,
et non un bouclier, comme pour nous.

Carmen c’est une arme ouais.
Ça ne fait pas très sens dit comme ça, je sais. Carmen, il fait pas très sens – et c’est quelqu’un qui le connaît depuis des années qui vous dit ça.

« Tu fais pas très sens Carmen. »
Regardez-le, depuis tout à l’heure il est en train de mâchonner son bracelet en cuire en regardant par la fenêtre du café. Je n’arrive pas à savoir ce qui l’angoisse assez pour qu’il se refasse les dents sur son bracelet – MON bracelet. J’ai pas réussi à lui sortir les vers du nez, ou alors il m’a répondu mais ça m’est passé par-dessus la tête car il parle de manière trop abstraite parfois, ce con.

Ou alors il doit avoir trop de vers dans le nez.

Ça doit être ça, ouais.

Au moins, il a arrêté de détruire le bracelet un instant pour me répondre.
« Tu crois ? J’pense qu’une seule personne n’est pas bien équipée à tout piger. » Et il se remet à se refaire les dents sur la menotte de cuire en regardant ailleurs (il attend quelqu’un ou quoi ?) ; le reste de sa phrase est à moitié mordue : « Alors elle catégorise les trucs qu’elle n'arrive à comprend pour des trucs insensés »
« Comme pour la vie. »
« Ouais.»
« Sauf que la vie ça fait vraiment pas sens. »
« P’tetre. »
« Attends, tu venais pas de me traiter d’idiot là ? »
« Tu m’as traité d’insensé. »
« …Ok, un partout. »

J’avoue que je fais l’idiot, mais c’est parce qu’il me tape sur le système à ne pas cracher le morceau – j’essaye de le narguer, mais ça reste aussi efficace que gueuler devant un rocher. Ce mec est imperturbable… tout le contraire de ce qu’il était quand il était un gamin. Il était plus drôle quand-même, quand il était un gamin.
« T’étais plus drôle quand t’étais gamin. »
« Ouais…toi aussi. »
Non sérieux… il lui est arrivé quoi comme merde ? J’ai à peine accroché le vert de ses yeux depuis que j’ai posé le cul ici. Mon café est sûrement tiède maintenant. J’sais pas pourquoi j’ai demandé ça, je n’aime pas le café.
« Tout était mieux avant n’empêche… »
Il ne répond pas, mais je remarque que le rythme de son mordillage s’est ralenti. Je remarque aussi qu’il ne porte pas ses piercings aujourd’hui. Rien d'alarmant pour ça, ça lui arrive d’oublier de les mettre, ou d’avoir trop la flemme.
« Oy, Carmen. »
Il se lève sans me répondre et s’en va en direction du jukebox. J’en profite alors pour échanger nos tasses, je troque mon café serré comme une catholique à son éclair au chocolat.

Lorsqu’il revient après avoir mis du Queen (forcément), il ne bronche même pas et prend tout simplement la tasse de café pour une gorgée.
«Ca te ressemble pas de prendre une pâtisserie. »
« Pour changer. Pourquoi t’as pris café ? »
« Pour changer. »

Je mords dans la pâtisserie, pensant vaguement qu’il a peut-être pris le dessert pour moi.
Et ça, ça ne m’étonnerait pas.
Le Début du Conte

Ah, Dallas.

La ville des tornades et des fleurs du mal.
La ville où les tempêtes sont nommées après les fleurs sauvages locales.
La ville où les bluebonnets ont tué (l’esprit de) mon père et où
des castillejas poussent des os de ma mère.

Dallas, le 30 Juillet 1978 – avant que la tornade d’Amelia ne frappe la ville, mon père trouve ma mère morte sur le canapé ; autour d’elle des pilules fleurissant du sol, d’autres dans le pli de sa robe jade.

Ce ne fut pas tout à fait un choc ; c’était pas la première frayeur dans le genre que ma mère nous faisait. Mais c’était la dernière.

La veille de l’évacuation avant qu’Amelia ne passe déglinguer nos portes, il n’y avait personne à appeler à l’aide. Tout le monde s’était barricadé chez lui, ou avait fui la ville. Ce jour où les murs n’avaient plus d’oreilles, à côté du cadavre de maman, mon père m’avait fait promettre de garder secret la manière dont elle est morte. M’avait demandé qu’on porte ensemble le fardeau, pour ne pas attrister davantage notre famille.

Bien plus tard, j’ai appris qu’il avait fait passer sa mort pour un accident dû à l’ouragan pour continuer à toucher l’assurance.

Mais bien avant que je me fasse flinguer par cette vérité…

On avait déménagé à Louisiana après le passage d’Amélia, mon père ayant trouvé un boulot logé là-bas. Notre relation s’effritait progressivement, Maman avait été le seul lien qui me reliait encore à lui. Pour lui, ça devait être le devoir et la responsabilité qui l’enchaînait.

Louisiana, le 24 Juin 1980 – je devais avoir 15 ans ; mon père s’était perdu dans l’alcool, et en a perdu son boulot et son honneur aussi – puis a été emprisonné pour 2 ans après avoir travaillé au noir. N’ayant nulle part où aller, et ayant été connu pour être un gosse à problèmes, on m’envoie à la Maison. J’aurai pu aller vivre chez mes grand-parents, mais mon grand-père refusait de m’héberger – il n’avait pas béni le mariage de mes parents (pour des raisons racistes).

Ce n’est pas plus mal, la Rouge m’ouvre ses bras, et ne me lâche plus. J’ai dû m’arracher à elle deux ans plus tard cependant, en 1982. La même année où mon grand-père meurt ; abue vient me récolter et me prendre sous son aile.
De retour à Dallas, grand-mère réussit plus ou moins à alléger le poids qu’avait laissé la Rouge en moi, le caillou dans le cœur. Moi, j’ai dû lui causer un caillou de sang littéralement par contre ; à rentrer tard parfois, souvent bleu, parfois rouge, le corps plein de nébuleuses et des supernovas à mon passage. Le voisinage me détestait, Dallas me regrettait, mais abue, elle, continuait à me pardonner. Elle me disait qu’elle me pardonnait, et que Jésus me pardonnait aussi. Qu’il comprenait, qu’elle comprenait. Et avoir quelqu’un qui vous pardonne et vous aime peu importe les tornades que vous provoquez… c’est ça, qui vous raccommode.
Après j’imagine que ça ne marche pas avec tout le monde, le seigneur m’a sauvé avant que je ne devienne une cause perdue. Je finis par lui avouer, à abue, ce qui était réellement arriver à sa fille, à ma mère. Et mine de rien, ça avait aidé à me débloquer. Je réussissais à mieux contrôler mon agressivité depuis m’être débarrassé de ce secret.

Grand-mère, elle continue à m’accepter ; même avec des plaies noires sur le corps, même avec un homme que je tiens par la main.

Non, elle n’est pas morte.

She still kicks ass – my ass – and she might even succeed in outliving us all.

La raison pour laquelle je retourne à Louisiana, c’est à cause du retour de mon père à Dallas.

Retour à la source pour me recomposer. Et puis elle n’a pas arrêté de m’appeler, ma Rousse, chaque nuit.

avatar
Messages : 130
Âge : 28
Libre pour rp? : Complet / prends les projets en mp
Voir le profil de l'utilisateur
Fange
Mer 18 Oct - 23:19
Oh ! oh je te vois je te reconnais ! et je me doutais que tu allais prendre cet avatar quand tu as parlé de tatouage sur le visage - ceci dit, je ne peux qu'approuver.

pour ce qui est de ton poste je te propose ceci : gardien. tu t'occupes effectivement de la surveillance extérieure et du jardinage que les enfants ne peuvent appliquer - taille des arbres et des buissons principalement. j'ai hâte de lire ton personnage, je te félicite pour le surnom et aussi pour le rang *sourit*

bienvenue !



avatar
Messages : 44
Âge : 21
Libre pour rp? : 3/3 (ouverte aux propositions !)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Oct - 23:27
Bienvenue !

Déjà Rick Genest c'est trop la classe comme vava o/
Ensuite gardien/jardinier c'est trop chouette ! Je pense que nos deux persos auront des choses à partager \o/ (27 ans + anciens pensionnaires + mecs qui font les corvées un peu, tout ça tout ça !)

Bon courage pour terminer love


MINUIT (RÉ)SONNE
Time is running out.


Bégaie en midnightblue.
PrésentationRelations
avatar
Messages : 68
Libre pour rp? : 4/4
Voir le profil de l'utilisateur
Pieds-Nus
Mer 18 Oct - 23:44
Hello et bienvenue. hand Grâce à toi, Pieds-nus va découvrir qu'en plus de gribouiller les cahiers, les murs et les sols, on peut gribouiller les corps. love En tout cas, bon courage pour ta fiche. :)


Lorian gribouille en #99cc66.


Forme dans l'Envers:
Spoiler:
 


Opaline, doudou favori:
Spoiler:
 

avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Oct - 0:24
heeey, merci pour pour cet accueil aussi chaleureux que les couleurs du forum
(j'adore les couleurs du forum ♡)

Fange > ça marche pour le post ! merci hihi
Minuit > YEY partenaire, on va faire les trois cents coups de minuit (je suis sincèrement désolée)
Pieds-nus > youhou, Os ramène la révolution artistique avec lui XD

vos mots d'encouragements ont rempli ma barre de charge alors que je m'apprêtais à aller dormir, allez je m'y remets ♡
avatar
Messages : 27
Âge : 14
Libre pour rp? : yess
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Oct - 7:41
il est un peu tôt pour de la constructivité alors bienvenue et

♥️♥️♥️


200 % jus de tomate
avatar
Messages : 46
Libre pour rp? : oui !
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Oct - 23:01
Bonsoir et BIENVENUE, ton perso s'annonce maxi swag comme disent les jeunes (non il paraît qu'ils le disent plus mais soyons fous j'ai envie de dire)
Et en toute honnêteté, on croirait pas que t'as pas écrit français depuis un an. Genre tu l'aurais pas dit, j'aurais carrément été dupée parce que les petits bouts qui sont déjà là sont drôlement bien écrits.
VOILA BISOUS et bon courage pour la fin de ta fiche pompomgirl



Spoiler:
 

merci Quenotte pour cet avatar du swag
avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Oct - 1:58
Tomate > merci pour les pommes d'amour ♡♡♡♡ (la pomme en trop c'est les intérêts car j'ai mis du temps à les rendre ; pardon il fait tard je dis n'imp)

Non > oh non ton message est trop adorable, que faire (je me marre en remarquant la construction de ma phrase). Merci pour ta sucrerie ♡♡
avatar
Messages : 38
Voir le profil de l'utilisateur
Guillotine
Ven 20 Oct - 14:15
Bienvenue \o/
He bien c est beau. Moi j admire. J aime deja Os et ses merveilleux tatouages. J ai vraiment hate de voir ca en rp !


▬    Lost souls in revelry
Running wild and running free
avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Oct - 16:59
Guillotine > merci, Os t'aime aussi  ♡

eeeet j'ai terminé ! runforyourlife
avatar
Messages : 130
Âge : 28
Libre pour rp? : Complet / prends les projets en mp
Voir le profil de l'utilisateur
Fange
Mer 25 Oct - 17:46
t'as fait monter la température mercure. je veux parler espagnol avec toi et mon Diablo. t'as le code ce soir mais file faire tes liens t'es validé.

et bravo. ta fiche elle est vraie elle est bonne elle est grande. t'écris foutrement bien. vraiment.



avatar
Messages : 135
Âge : 21
Libre pour rp? : 2/2 actuellement !
Voir le profil de l'utilisateur
Raspoutine
Mer 25 Oct - 18:03



Tu es validée

Eeet c'est moi qui surgit d'un buisson pour te valider, Os :D. Ta prose n'a rien de rouillée, et ses seules flamboyances sont STYLISTIQUES. Ta fiche est fort complète (ces dates déjà précisées à inscrire à la chronologie, je pleure), fort agréable à lire. Fort forte. Il y a quantité de formulations originales, intelligentes et pétillantes, BREF, j'aime ta manière d'écrire. Et ces petits détails particuliers qui rendent un personnage unique. C'est tout beau, c'est tout bon, bref c'est à valider de suite pour que tu puisses nous rejoindre.

JE T'ENJOINS DONC. A créer ta fiche de liens ainsi qu'à poster une demande de rp. Je me charge de t'inscrire à la chronologie. Parce-que LES DATES SONT LA *chiale*
Encore bienvenue :D.






- Fiche
- Carnet de liens

Merci à Fantâche pour mon avatar <3
Award du plus beau parleur (mais pas suffisamment pour réussir son coup):
 
avatar
Messages : 135
Âge : 21
Libre pour rp? : 2/2 actuellement !
Voir le profil de l'utilisateur
Raspoutine
Mer 25 Oct - 18:03
ON ÉTAIT SUR LA MÊME FICHE FAAAANGE bananaintensifies


- Fiche
- Carnet de liens

Merci à Fantâche pour mon avatar <3
Award du plus beau parleur (mais pas suffisamment pour réussir son coup):
 
avatar
Messages : 45
Libre pour rp? : pas pour l'instant :(
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Oct - 18:34
Ouah merci à vous deux, je fonds je fonds wesh
suis vraiment contente que Os trouve sa place ici, il a été crée y'a un an mais j'avais pas trouvé de forum pour lui jusqu'à maintenant ♡

je m'occupe de ma fiche de lien dès que je peux :DD
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]
» Jusqu'où ira t-on dans cette société ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: