Partagez|
Sentence ♦ Terminé
avatar
Messages : 11
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 10:11


ft. Christia Reiss- Attack on Titan

fiche médicale
Sous les Briques
Albatros au rapport. Je suis tombée sur ce forum par hasard de partenariat en partenariat. J'ai eu un coup de cœur pour l'atmosphère onirique et effrayante. Sinon je suis une étudiante de 23 ans. Je commence un BTS en Octobre donc je risque d'avoir un ralentissement vu le rythme de travail mais j'ai un mois de vacances encore o/ Sinon heu. J'aime bien les crêpes. Et les licornes.  


nom : Sentence. Ce n'était pas son premier nom, mais les enfants ont commencé à se tourner vers elle pour trancher des conflits, elle a donc hérité de Sentence en lieu et place de Altesse. C'est rare désormais qu'on la nomme ainsi, mais cela arrive par certains anciens.

âge : Seize ans.

âge d'arrivée : Neuf ans

origines : Franco-Britannique

groupe : Cerf

rang : [Je sais paaas encore, je préfère voir avec les autres membres et admin ce qui collerait pour Sentence ]  

rôle : Un conflit éclate et il faut le régler, un voleur est pris en flagrant délit, des traditions ont été rompu... Peu importe le litige, si les enfants veulent le régler ils peuvent se diriger vers Sentence. Après tout, la justice est aveugle.

affiliation avec l'envers : Sauteuse

raison de l'admission : Sentence est aveugle et suite à des problème d'argent et familiaux sa mère ne pouvait plus la prendre en charge.
Comment votre personnage perçoit-il La Maison, son folklore et ses traditions ? —
Privé d'un sens vital, elle avait trouvé quelque chose de plus profond sous ce toit. La Maison... Sa Maison. Les paumes de ses mains ont touché chaque pan de mur, chaque pierre, chaque boiserie.Les secrets des murs rugueux s'effilochaient sous ses doigts. C'était pour se guider d'abord, maladroitement, puis ensuite pour être rassuré. Au fil du temps la Maison semblait l'accompagner. Sentence ne tombait plus, la Maison ne l'aurait pas permis. L'enfant était à l'écoute du moindre de ses soupirs. Ses sens captaient les variations de la Rouge, cette odeur de rose puis de pourriture, ce grincement de porte lointain et répété digne d'une comptine. L'infime de la Maison, les détails de la Maison, les chuchotements de la Maison, elle percevait tout. Et lui répondait.
Le Folklore n'était finalement qu'un accompagnement doux et amer dont elle n'avait que peu à dire. Si c'était le souhait de la Rouge qui se manifestait à travers ces traditions alors c'était aussi le sien.  

Comment perçoit-il L’Envers ? —
Elle n'avait pas trébuché depuis des mois. Alors lorsqu'elle marchait tranquillement, elle sentit son équilibre se perdre et son corps vaciller. Sentence eut le sentiment d'être trahie par la Rouge. Personne ne l'avait poussé et pourtant voilà qu'elle allait rencontrer le sol. Quelle injustice. Pourtant le choc ne vint jamais. La Maison ne l'avait pas abandonné, non elle lui avait ouvert les portes de L'Envers. Son intimité. La Rouge se livrait à elle, elle se livrait à la Rouge. C'était doux, c'était rassurant, c'était familier. Depuis, il lui suffit de tomber pour qu'elle Saute dans cet envers si délicieusement effrayant. Car même si ses voyages ont pu s’avérer dangereux, jamais la Maison ne lui a tourné le dos.


Quel est son avis sur les adultes/enfants ? —
Elle n'a pas d'avis général sur les Enfants ou les Adultes. Elle a des avis sur certaines personnes mais c'est plutôt rare. Sentence ne juge que lorsque cela lui est demandé. Ni plus ni moins.

Pensées en l'air

Faire des couronnes de fleurs
Le réfectoire tôt le matin
Déambuler dans la Maison
Lui faire la lecture
Entendre un sourire

Les choses imperceptibles, le futile indispensable.

Disparaître des heures durant
La chaleur des feux de camps
Le frémissement avant les Arrivés
Mettre ses doigts sur les fenêtres

Son sceptre cassé dans le double fond de son armoire.  

Toutes ses petits choses cachés
Sa tasse légèrement fendu
L'odeur du bois mouillé

Le jour ou la Maison sera silencieuse, elle aura peur.

Les rires au fond des dortoirs
Les cris au fond des couloirs

Fragment d'Âme


Elle était assise sous un arbre. Quelques traces d'herbe sur les pans de sa robe blanche. Sentence était belle mais elle ne le savait pas. Personne ne lui avait jamais dis et elle ne pouvait pas lire l'envie dans les yeux des garçons ou la jalousie dans ceux des filles. Elle était grande, ses poignets étaient fins, sa démarche digne d'une danseuse. Dans l'En Dehors elle aurait sûrement été modèle. Mais ses yeux translucides étaient vides. Le vide est immense. Le vide est néant. Le néant est perturbant, surtout lorsqu'il se pose sur vous. On regarde sa silhouette gracile, ses cheveux blonds, ses jambes interminables mais pas ses yeux.

Elle sent les regards sur elle et de sa voix cristalline le fait remarquer. Ou pas. Sentence est calme, certains la qualifieraient de passive d'autres de sage. Question de point de vue.
Il serait tentant de la considérer comme une victime, il n'en est rien. Sa langue n'est pas acerbe ou fielleuse mais froide et tranchante. Elle expose la vérité crue, sa seule arme.

Au quotidien Sentence est étrange. Il y a Sentence Présente et Sentence Absente. Inutile de chercher à la sortir de sa torpeur lorsqu'elle est « occupée » : elle déambule dans la maison, posant son visage contre les pierres ou s'assoit dans un coin et fixe le vague. Personne ne sait vraiment ce qu'elle fait ou ce qu'il se passe dans sa tête.

Hormis ces moments là, Sentence est une personne à l'écoute, douce avec les plus jeunes et brutalement honnête avec ceux dépassant l'âge de 10 ans. Elle ne supporte pas la violence gratuite et cherchera toujours à mettre fin au conflit de la manière la plus approprié, la plus juste et la plus équitable possible. Elle participe aux activités mais elle n'est jamais la tête ou les bras. Elle est la conscience. Ce qui peut la rendre très irritable. De ce fait elle n'a que peu de liens forts. Sa compagnie est apprécié à petite dose.

Finalement personne ne la connaît vraiment. Ni les autres ni elle même, car il y a une jeune fille pétillante à réveiller. Sentence se lasse d'elle même pourtant elle s'enferme dans son rôle. Par crainte de la nouveauté. Sentence a peur, peur de partir un jour, peur de changer, peur que la Maison change.

Le Début du Conte


Les pommes avaient le goût du rose, et le soleil devait sentir comme son Père.

Avant d'être Altesse ou Sentence, elle était La Princesse de son Papa. Un père riche, une mère aimante, un cadre idéal pour une infirme. Elle était née aveugle et cela importait peu, ils avaient l'argent pour faire face. Sa canne était un sceptre dorée et pour son anniversaire elle avait reçu un diadème afin de parfaire la panoplie. Elle régnait sur la famille sous l’œil attendrie de ses parents. Mais le règne prit fin un soir de printemps lorsqu'on toqua à la porte. Elle était dans sa chambre, il y avait des éclats de voix dans l'entrée, sa maman suppliait et pleurait, son père hurlait et d'autres voix inconnus lui parvenaient.

La petite fille descendit en trombe, trébuchant dans les escaliers, mais la voix de Papa n'était plus qu'un écho lointain. Sa mère lui expliqua que Papa avait des problèmes avec la Justice mais qu'il reviendrait. Elle avait menti, il n'était jamais revenu. Il était en prison, la sentence était irrévocable. Les mois passèrent, ils avaient quitté leur grande et belle maison. Elle avait cessé l'équitation et la danse. Les problèmes financiers s'étaient accumulés, c'était impossible de continuer à faire face aux frais médicaux, aux frais scolaires de l'école spécialisé... Sa mère était une épave et elle ne voulait pas que sa fille sombre avec elle. Alors elle l'avait déposé un soir de Septembre à l'aube de ses neuf ans.

« Tu verras, tu seras bien ici. Ce sera ta nouvelle maison, tu n'as rien à craindre» disait elle en retenant ses larmes. La petite fille ne disait rien. Elle ne disait plus grand chose depuis que Papa était partie et que Maman était triste. Elle se souvient du bruit de pas de sa mère qui s'éloigne sur le perron. Le premier jour elle déambula avec sa canne digne d'un sceptre et son diadème sur la tête. Les autres l’appelaient Altesse avec ironie. Il y avait des pleurs, des rires et beaucoup de bruits, trop d'odeurs et des nouvelles sensations ici. Sa mère lui avait dit qu'elle n'avait rien à craindre.

Puis il y eu les enchères, elle était là et les gens gueulaient son nouveau surnom. Elle ne savait pas qu'elle faisait une tête de plus que les autres filles et qu'elle était très jolie. Mais visiblement le Chef des Cerfs lui le savait.

Au début, on la laissait dans son coin personne ne la brimait. C'était inutile puisqu'elle se faisait mal seule en tombant. Altesse faisait des aller et retours incessant au Sépulcre. L'Aveugle pleurait silencieusement la nuit mais persévérait à vouloir se mouvoir sans aide autre que sa canne, si bien qu'au bout d'un moment, elle ne tomba plus. Alors on lui brisa sa canne. Et les suivantes. Elle se mit à se déplacer au rythme des murs de la Maison. Et petit à petit apprivoisa son nouvel environnement. Au bout d'un moment les autres comprirent qu'elle ne tomberait plus jamais. La Maison était devenu sa Maison aussi. Elle avait 11 ans. Petit à petit, elle s'affirma à coup de vérité bien placé si bien qu'on finit par la laisser définitivement tranquille. Elle était l'Altesse qu'on laissait dans son coin, régnant sur le néant et l'invisible.

Elle avait quelques connaissances qui l'aidaient pour les cours et les devoirs. Certains lui faisait même la lecture des livres introuvable en braille. Elle aimait bien.

Le tournant fut à ses 13 ans, lorsqu'un conflit de grande ampleur éclata : Une histoire de conspiration pour renverser tout les groupes et en créer un seul et unique. Les agitateurs furent stoppé mais la question de leurs sanctions et procès étaient sujet à débat. Quel chef de groupe avait la légitimité pour les juger ? Impossible de se mettre d'accord. Alors, on se tourna vers Altesse, silencieuse, en dehors, neutre. La Justice était Aveugle, elle en serait la parfaite incarnation avait dis celui qui avait proposé son nom.

Les chefs de l'époque se mirent d'accord, Altesse rendrait la sentence. Celle-ci fut si bien rendu qu'elle en pris le nom. Ca aurait du se limiter à cette affaire mais d'autres affluèrent spontanément à elle. De la petite altercation à la tentative de meurtre. Passer devant Sentence n'était pas systématique, ni obligatoire. Les Cygnes pouvaient très bien continuer leurs tambouille et les chefs aussi. Mais passer devant Sentence avait quelque chose de formel, d'officiel. C'était irrévocable. Alors parfois les chefs eux même traînaient les accusés devant Sentence. Ou encore deux amis en désaccords se rendait à elle pour être départagé. Mais Sentence avait une règle, jamais elle ne décidait de juger, c'était les autres qui faisait appel à elle. Pas l'inverse.

Au fil des années les choses s'étaient codifiées, il était possible de demander Sentence à n'importe quel moment du jour ou de la nuit. Quand c'était le cas, les pensionnaires se mettaient à sa recherche, dans le jardin, dans les couloirs, dans son dortoir et même jusqu'à l'Envers... L'information filait vite. Sentence prévenu, les concernés et les curieux se rendaient à la Cafetière ou se déroulait le simili procès. Tout le monde pouvait y assister afin que la justice soit transparente. Si la personne était coupable, l'aveugle fixait une fleur en plastique rouge sur les vêtements du condamné, signe de sa peine. Il ne pouvait l'ôter qu'une fois exécutée.  

Ainsi son quotidien était rythmé entre les « Demande de Sentence », ses escapades dans l'envers, ses flâneries, les cours et son amour pour la Maison. Mais elle avait 16 ans maintenant, l’inéluctable approchait et elle était lasse d'être spectatrice de sa vie.

avatar
Messages : 135
Âge : 21
Libre pour rp? : 2/2 actuellement !
Voir le profil de l'utilisateur
Raspoutine
Mer 13 Sep - 16:37



Tu es validé

Et les crêpes à la licorne alors ? Moelleux et bariolé. Un délice.
Maiiis ne parlons pas art culinaire. Je te souhaite la bienvenue parmi nous Sentence :D. Aussi bien sur le forum que dans le groupe des Cerfs ! (C'est bien les Cerfs, hein ? On est bien chez les Cerfs, hein ? *ondes de la propagande*)
Je suis donc ravis de pouvoir te valider.
Sentence est un personnage difficile à aborder, mais au concept bien trouvé, et dont le caractère fait écho à l'idée d'une justice distante, patiente, scrutatrice (des oreilles néanmoins) et inébranlable. Son le rôle de médiatrice est en accord avec le groupe choisi. Aussi, son handicap va être intéressant à exploiter et tu es notre première aveugle. (Ce qui, à en juger par le livre duquel est inspiré le forum, ne présage  cependant rien de bon.) L'emprisonnement au sein d'un rôle/d'un costume taillé sur mesure, CA ME PARLE, j'aime écrire (et lire) sur le sujet. Je suis curieux de savoir quelle sera son évolution, car la fiche ressemble au prologue d'une histoire qui reste encore à écrire. Qu'est-ce qui sortira de la chrysalide de silence de Sentence, aiguillonnée par la peur du temps qui passe ? Quel mouvement laissera place à cette suspension dans laquelle elle semble avoir vécu ? La suite au prochain épisode
Bref, je ne trouve rien que du positif à redire de ta fiche :D.

Je t'invite à créer  ta fiche de liens et à chercher un partenaire de jeu pour faire suite à ta validation.
Aussi, pour ce qui est du grand jugement qui a donné son surnom à Sentence, je t'enjoins à trouver une date précise afin qu'on puisse l'ajouter à la chronologie :D.
ENCORE BIENVENUE.
Ours  (comme dirait Ours)



avatar
Messages : 129
Âge : 27
Libre pour rp? : Complète mais je prends les idées/projets.
Voir le profil de l'utilisateur
Brèche
Mer 13 Sep - 23:30
Bienvenue Sentence et je me joins à Raspoutine pour dire que j'adore le concept et ce que tu as brodé autour. J'ai hâte de voir les prochaines sentences que la Cerf va mener. Amuses-toi bien parmi nous !



PortraitCarnet

Avatars par Quenotte et Cassiel. Award par Quenotte
Feu/Brèche par Fantôche
avatar
Messages : 11
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 12:57
Merci beaucoup de vos compliments, je suis contente c'est exactement ce que je voulais qu'on perçoive de Sentence o/ Je vais réflechir à la date pour le "Grand Jugement" je pensais pas que ça entrerait dans la chronologie :o J'espère que ça ne dérange pas !
Maintenant y'a plus qu'à faire ma fiche de liens et trouver des gens avec qui rp héhé !
Ven 15 Sep - 22:28
Idem j'aime beaucoup ce concept très littéral de justice aveugle. Et puis Sentence en tant que telle est un perso super, je l'aime beaucoup déjà. C'est une espèce de présence un peu intimidante je trouve. Je trouve l'histoire super aussi, surtout son arrivée à la Maison, et son lien avec elle. Aah bref j'aime ce personnage, j'aime son rôle je t'aime.
Bienvenue !
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: