Pas de nouveaux messages


Les Chambres et DortoirsIl y grouille le désordre dense les enfants de La Maison. On y accroche tout et n'importe quoi, on les encombre d'un amas d'objets hétéroclites formant des monticules, des collines, des montagnes. Des fleuves d'ordures et de vêtements puants sinuent au sol de certains. Chacun s'y exprime à grands cris, du pied des murs jusqu'aux plafonds, entre les rangées de lits. Chacun y gueule son individualité. Ce sont d'époustouflantes tanières dont seules les occupants peuvent comprendre l'agencement fantasque. Ils sont les territoires bien définis des quatre tribus qui habitent La Maison.
Fête pour le nou...
Dim 18 Fév - 22:06
El Diablo Voir le dernier message
6 s.

128 m.
Pas de nouveaux messages


Le GrenierLa poussière s'y élève en volutes fantomatiques, taquinant les nez des plus sensibles. Une lueur filtre au travers de planches et de la maigre fenêtre qui ne parvient pas - la pauvre - à enluminer tout l'espace. Le grenier est obscur, nimbé d'une aura mystérieuse aux attrayantes promesses de découvertes. On y accède par une trappe située au plafond du second étage, cette gueule béante déroulant son échelle de langue lorsque l'on s'essaye à l'ouvrir. Le sol y est jonché d'objets oubliés, de meubles passés et d'ombres tapies s'agrippant aux chevilles.
Bittersweet Inso...
Mer 27 Sep - 19:51
Quenotte Voir le dernier message
1 s.

11 m.
Pas de nouveaux messages


Le Sous-solSi vous êtes un peu curieux, ou bien un peu farceur, le Sous-sol et ses dédales sont une mine d’or pour les terreurs. De longs corridors de briques rouges s’entrecroisent tout en bas. Vous pouvez entendre non loin les mastications de la Grande Rouge qui aime s’y perdre. On dit de cet endroit que de nombreux gamins y ont disparu ou pire, qu’ils se sont perdus, emmurés à vie dans un labyrinthe étrange à l’odeur de moisi, criant le nom de leurs amis, appelant à l’aide en vain. Mais vous serez bien plus courageux qu’eux tous, en vous y aventurant, n’est-ce pas ?
0 s.

0 m.
Pas de nouveaux messages


Le SépulcreLe royaume des aiguilles. Purgatoire immaculé où l'on paie son dû à la maladie qui vous a conduit ici. On y ausculte, on y pince, on y pénètre l'intimité des corps pour les guérir, les redresser. Des perfusions aux bras, et plus de cachets qu'à la normale. Des lits-prisons, des corsets et des sangles, toute une batterie d'objets et de méthodes sophistiqués pour brider les élans tapageurs. Le Sépulcre est un tombeau ouaté où l'on vous dorlote mécaniquement, avec une rigueur toute médicale. Sillonnée d'Araignées et de cris étouffés. L'espace est trop réel, trop adultes pour les pensionnaires qui le craignent comme un annonciateur de mort à venir.
7 s.

82 m.
Pas de nouveaux messages


La CafetièreOn s'y exhibe plus qu'on y mange. Là les regards s'échangent, se déploient, on parade dans son cuir, dans ses cheveux, on lève crânement le nez, et on se fait un devoir d'imposer la présence de son groupe. Aux heures de repas, il s'agit d'un simple réfectoire : longues tables grises, chaises en plastique et carrelage obsédant. Mais après une certaine heure, on y amène des plantes, on y pend des tapisseries, et on y établie une sorte de comptoir. Alors, la cafetière devient une sorte de salon de thé, de bar improvisé, géré par un petit groupe d'élèves. On y passe de la musique au gré des changements d'humeur de la faune locale, on y ondoie dans la fumées des clopes, on y complote, et on s'y retrouve indifféremment de son groupe pour y profiter des mixtures déroutantes.
effervescence no...
Mar 20 Fév - 23:44
Caillou Voir le dernier message
4 s.

50 m.
Pas de nouveaux messages


Les Terres des AdultesContrées où règnent le bon sens et la maturité. Ici résident les pontes administrant officiellement La Maison, s'agitant au sein de leur petite bulle purgée de toute présence babillante. On y discute paperasse et marche à suivre, on y vague à des affaires sérieuses... Et l'on y fuit les enfants tant bien que mal, espérant y trouver une clairière qui n'aurait pas été assaillie par leur forêt de symboles. Ici les murs sont presque nus, les couloirs presque propres. Les quelques pièces qui composent cette partie de La Maison forment le bastion où résiste tant bien que mal L'En-Dehors asphyxié d'écarlate.
Eros et Pothos |...
Lun 25 Sep - 21:44
Vautour Voir le dernier message
1 s.

12 m.
Pas de nouveaux messages


Les Salles de classeSans doute le lieu le plus propre de la Maison, et pour cause : seuls les Cygnes daignent s'y rendre régulièrement, assistant aux cours avec une ferveur aussi incompréhensible qu’écœurante. Parmi les Rats, les Loirs et même les Cerfs, on les fréquente à sa guise, au gré d'aléatoires regains d'intérêt pour les futilités scolaires ou par hygiène mentale, pour entretenir quelque obscure mécanique d'une utilité aussi douteuse que discutable. Mais la plupart du temps, les pupitres restent vides, bien alignées et propres, dans un silence entretenu par les Cygnes studieux.
[TW - Le malaise...
Dim 4 Fév - 19:01
Fange Voir le dernier message
3 s.

40 m.
Pas de nouveaux messages


La BibliothèqueFaîtes silence. Si l'on est pas occupé à y lire, c'est qu'on y dort ou y trafique. Les rayonnages sont chargés, croulants, débordent de livres mal rangés. Des mots d'amour et des promesses de mort sont glissés entre leurs pages, des feuilles y sèchent, odorantes ou hallucinogènes... Parmi les romans, les ouvrages scientifiques, les magazines défraichis, encyclopédies, dictionnaires, bandes dessinées toutes les espèces bâtardes d'ouvrages qui s'y ébattent en un silencieux grouillement de mots, il y a des secrets, des archives. Entre les rayonnages imposants, dans l'odeur du papier et du bois, on se croirait presque happé par une autre forêt.
Event 2 - Recher...
Aujourd'hui à 1:23
Raspoutine Voir le dernier message
2 s.

38 m.
Pas de nouveaux messages


Les ToilettesLes graffitis s'y écoulent, les bariolent, suintant des murs flétris, dégoulinant au sol pour peindre les miroirs en coulures éphémères. On les décore de mosaïques en tessons de verre, d'autocollants crasseux et autres bijoux muraux d'un goût douteux. C'est un lieu moite qui transpire la grisaille, toujours humide, vite salis de crachats et liqueurs corporelles. Adaptés aux corps fracassés des pensionnaires, ils sont un lieu où s'échangent des regards furtifs, des paroles nerveuses. Certains viennent y chercher un peu de tranquillité pour planer en silence.
0 s.

0 m.
Pas de nouveaux messages


Les CouloirsArtères et veinules qui sinuent dans la chair ligneuse de La Maison, parcourues d'un sang de phrases entremêlées, de peintures indomptées. On y transite et l'on s'y perd. De nuit, on y court, on y halète, on y erre avec la peur au ventre... Quand ce n'est pas la faim. On y monte des tentes, on y cabriole, on y danse, dans l'ondulation fiévreuse des fresques murales. Les couloirs pulsent, emplis de vie, de bruits. Ils se tordent au plâtre de La Maison, vibrant d'une agitation sans cesse renouvelée. Ils tracent les frontières des territoires dédiés à chaque Groupe. Les couloirs sont vivants. Les couloirs sont hantés. Et ne se taisent jamais.
3 s.

32 m.